AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 This is our life on holidays

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Sawyer T. Davis



Messages : 105
Date d'inscription : 18/05/2015

MessageSujet: Re: This is our life on holidays   Lun 18 Mai - 17:28

Tu restes bien alerte en regardant autour de toi. Tout se passe sans encombres et rapidement, Axel arrive discrètement dans ta direction pour ensuite te tendre ton sac, qui est plein à craquer. Évidemment, Jonathan s’est déplacé comme s’il allait faire une banale course à l’épicerie, et tu n’as pas pu t’empêcher de rouler des yeux en le regardant aller. Et dire que c’est lui qui passe des commentaires comme si tu ne savais pas ce que tu faisais. Tu es certain qu’il va être le premier à se faire descendre. Tu n’as pas remarqué qu’il y avait quelqu’un dans l’une des cabanes car tu n’as vu personne mais le coup de feu de Siobhan t’alerte. Si tu sursautes sur le coup, tu reprends rapidement tes esprits et tu vois la rouquine sauter de la fenêtre. Bon, ça ne sert plus à grand chose de rester caché. Elle se met à courir dans la direction qu’elle vous a indiquée avant d’entrer dans le campement et tu vois Jonathan qui se précipite du même coté en envoyant des coups de feu à l’aveuglette par dessus son épaule. Tu évalues rapidement la situation. Tu peux t’enfuir avec les autres pour éviter de te faire toucher ou tu peux te charger de l’ennemi en permettant à tes coéquipiers de se sauver plus loin. Le choix n’est pas difficile.

Tu fais pivoter ton arme sur ton épaule pour pouvoir te mettre en position et viser et tu vois Dan de l’autre côté, caché derrière un arbre, qui te fait signe. Il y en a au moins un qui ne s’enfuit pas en tirant n’importe où ! Apparemment, le tireur ne l’a pas encore vu et il te fait signe pour t’indiquer dans quelle direction il se dirige. Il va assurément aller vers Siobhan, qui tient le drapeau mais peut-être pas, considérant que Jonathan et Axel sont partit à sa suite. Ce serais un peu un suicide de sa part. Tu approches rapidement mais le plus silencieusement possible de la cabane. Tu sais qu’il est de ton côté car Dan n’a pas pu le toucher. Tu le vois tirer mais quelque chose te dit que c’est seulement pour pousser le type dans ta direction. Il sort finalement de sa cachette et se met à courir dans la direction opposée. Il est tout seul et vous êtes plusieurs, il décide de renoncer. Mais pas toi. Tu te positionnes et tu le vises alors qu’il coure. Après un moment d’hésitation, ton doigt enfonce la gâchette et tu l’atteins presque directement entre les deux omoplates. Satisfait de ton coup, tu fais signe à Dan de te suivre. Vous devez aller rejoindre les autres pour éviter de les perdre tout en étant rapide pour éviter de vous faire rattraper par le reste de l’équipe adverse. Si l’un de ses membres était déjà caché, les autres ne doivent pas être bien loin.

Alors que tu vois le reste de la troupe devant toi, tu constates que Siobhan n’utilise pas sa mutation. Mais ce n’est pas très étonnant, elle ne prendrait pas ce risque dans un endroit pareil et tu te doutes que les autres ne doivent pas savoir que vous êtes des mutants. Encore heureux que tu ne t’enflammes pas ou quelque chose du genre, qui est beaucoup moins subtil. Mais si tu prenais feu, ton amie ne t’aurait jamais traîné dans une forêt, question d’éviter de provoquer un immense feu. Tu continues de courir et tu rejoins finalement les autres, qui ralentissent un peu, mais tes jambes vont encore trop vite pour toi. Tu n’as pas le temps de t’arrêter et ta botte se coince dans un petit tronc d’arbre sur le sol en te faisant trébucher de tout ton long. Génial, la partie vient de commencer et tu viens déjà de te massacrer le visage avec les branches qui t’ont attaqué au passage. Tu entends un ricanement alors que tu te relève. « Bah alors, t’as déjà du mal à suivre Sawyer ? Tu manques d’équilibre ? » Tu allais répliquer mais Dan vient encore une fois à ta défense. C’est gentil mais tu aimerais pouvoir te défendre toi-même, aussi. « Tu sais qu’il a atteint l’adversaire d’un seul coup dans le dos, Jo, alors que tu t’es enfuis en tirant n’importe où ? Tu as faillis me tirer dessus ! » C’est à ton tour de rigoler, même si tu manques de souffle, et tu ne te retiens pas. Tu marches jusqu’à Siobhan en t’essuyant le visage qui, tu le sais, doit être bien sale et déjà coupé à certains endroits. « On dois bouger par contre et essayer de faire vite, ou trouver un endroit où ils ne penseront pas à chercher le temps de faire un plan. Ils sont rapides… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Siobhán A. O'Cahir
Admin


Messages : 115
Date d'inscription : 18/05/2015

MessageSujet: Re: This is our life on holidays   Lun 18 Mai - 17:28

Elle retenait son envie de courir encore plus vite à travers les arbres. Siobhán en était évidemment capable, et elle trouvait qu'elle courrait vraiment lentement mais elle dépassait sans peine les deux garçons qui la suivaient. Hors de question de les semer, déjà parce qu'ils étaient dans son équipe, mais aussi parce qu'elle n'avait aucune envie de montrer qu'elle était une mutante. Si elle imaginait les réactions qui seraient suscitées par cette révélation, elle imaginait clairement ce qu'un idiot comme Jonathan allait penser. C'était à cause de gens comme ça qu'elle avait arrêté l'école.
Une fois certaine d'avoir mit une bonne distance entre eux et le camp, Sio ralentit et les autres firent la même chose. Elle réalisa alors qu'elle tenait encore le drapeau dans sa main, et l'accrocha sur son sac à dos pour être plus tranquille. C'est alors que Sawyer et Dan arrivèrent en courant.
L'Irlandaise se doutait qu'ils n'avaient pas été touchés parce qu'elle aurait reconnu leur voix criant " out". Mais il était probable qu'avec la course elle n'ai pas bien entendu, et elle était donc soulagée de les voir quand même.
Lorsque son ami tomba, Sio eut bien du mal à se retenir. Elle aurait très bien pu, compte tenu de son hypervitesse, le rattraper pour éviter qu'il ne tombe. Et si elle en avait eu très envie, ce n'était cependant pas prudent du tout. Elle regarda tomber à terre d'une mine soucieuse en espérant qu'il ne se ferait pas trop mal.
Parce que la seule personne ici qui mériterait de se faire mal, c'était Jonathan. La rouquine ne supportait pas la manière qu'il avait de s'adresser à son ami, avec cet air supérieur complètement en inadéquation avec ses capacités à l'airsoft. Il ne réfléchissait pas, comme si son but était de tirer sur tout le monde au hasard, et d'après Dan c'était d'ailleurs son véritable plan.
Sawyer marcha ensuite pour la rejoindre, en s'essuyant le visage. Il lui exposa son idée, c'est à dire s'en aller bien vite avant de pouvoir être rattrapés par l'autre équipe.

- Ouais t'as raison.

Mais elle ne prit pas du tout la direction attendue. Elle se contenta d'enlever ses gants, et de frotter les traces de terre sur le visage de son ami pour regarder s'il avait de grosses coupures ou non. Satisfaite de son inspection, elle vérifia qu'elle avait toutes ses affaires, remit ses gants et se planta bien devant toute l'équipe.

- Je vous préviens les gars, on est une équipe. Pas question de continuer comme ça, parce que le prochain qui fait encore une remarque de ce genre je l'assomme. C'est clair ?

Sans même attendre de réponse, Siobhán reprit la marche, cherchant des yeux un abri ou une idée, et comptait évidemment sur l'aide de l'équipe. Enfin pas trop sur Jonathan.
Celui était bien trop occupé à ruminer l'idée de laisser une femme - aussi douée soit-elle en airsoft - lui dicter sa conduite. Il attrapa la bretelle du sac de Sio pour la faire se retourner, et il réussit si bien qu'il faillit se prendre un coup de crosse dans la joue, par réflexe.

- Mais t'es dingue ou quoi ? Tu pouvais pas juste m'appeler ?!

Mais Jonathan n'avait pas vraiment l'air de l'avoir entendue. Tout ce qui comptait était qu'elle soit arrêtée et face à lui.

- Pourquoi c'est toi qui dirige ?
- Parce que si c'était toi on tiendrait pas cinq minutes ! T'as vu ta manière d'aller chercher à manger ? Tu passes au milieu comme si c'était une banale autoroute !
- Et pourquoi c'est pas Dan ou Axel ?
- Mais j'en sais rien moi, est-ce que...

Jonathan avait sorti son pistolet, et le pointait vers la rouquine qui commençait sérieusement à douter de la santé mentale de son coéquipier. Tirer d'aussi près ferait super mal, même avec les protections ! Elle commença à jurer en Irlandais, cherchant que répondre à cette agression muette. Elle pourrait lui arracher son arme avant même qu'il ne s'en rende compte mais ce n'était pas une bonne idée.
Un coup de feu coupa net la phrase de Siobhán. Évidemment ils avaient parlé trop fort, mais avec un interlocuteur aussi borné la rouquine n'avait pas vraiment le sens de la mesure.

- Out !

C'était la voix de Jonathan. Et avant que quiconque n'ait l'idée farfelue d'aller le toucher pour lui permettre de jouer à nouveau, Sio attrapa Sawyer par le bras et le força à courir avec elle, jusqu'au moment où ils purent se cacher derrière un grand buisson sans craindre qu'on les retrouve d'un simple coup d'oeil.

- Désolée, pour la chute. J'aurais pu te rattraper mais... Tu vois quoi.

Elle murmurait pour éviter que quiconque à part Sawyer ne l'entende. Il allait évidemment comprendre qu'elle aurait dû utiliser sa mutation pour ça.

- Et désolée de t'avoir tiré comme ça mais... Je voulais te donner ça.

La rouquine détacha le drapeau de son sac pour le tendre à son ami. L'ennemi était maintenant persuadé que c'était elle qui avait le drapeau, puisque le tireur de la cabane leur avait sûrement dit. Il valait mieux brouiller les pistes, et d'après les dires de Dan l'étudiant était tout à fait capable d'assumer ce fardeau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sawyer T. Davis



Messages : 105
Date d'inscription : 18/05/2015

MessageSujet: Re: This is our life on holidays   Lun 18 Mai - 17:29

Tu commences à marcher avec l’intention de suivre Siobhan mais tu réalises bien vite qu’elle vient plutôt vers toi. Tu lui lances un regard interrogateur alors qu’elle retire ses gants mais tu figes lorsque ses doigts glissent sur tes joues pour enlever la saleté et inspecter tes blessures mineures. Tu sens le rouge te monter aux joues et tu espères que la poussière et la boue cachent un peu la couleur. Aucun des autres hommes ne dit un mot mais tu te doutes qu’ils doivent être aussi surpris. Sauf Jonathan, il doit profiter du fait que personne ne le regarder pour se curer le nez dans un coin. Tu te racles la gorge alors qu’elle s’adresse finalement à l’ensemble de l’équipe et tu passes une main dans tes cheveux sans trop savoir ou te mettre. Tu te demandes pourquoi tu n’hésites pas à sauter dans l’action pour tirer avec une arme, bien qu’elle soit fausse, alors que tu ne sais pas comment réagir quand une fille te touche. Tu sais très bien que son commentaire vise une personne en particulier car à part lui, personne n’a fait de remarque désobligeante. Et tu vois très bien qu’il se sent visé et qu’il est de mauvaise humeur.

Tu te mets à marcher en regardant autour de toi et tu tournes la tête en voyant un mouvement brusque du coin de l’oeil, levant ton fusil devant toi. Mais c’est encore cet imbécile, qui vient d’agripper Siobhan. Tu dois réprimer ton premier réflexe, qui est de le prendre par le bras pour qu’il la laisse tranquille. Elle sait se défendre mais ça ne te fais pas plaisir pour autant. Tu laisses échapper un sifflement pour exprimer ton dérangement. « Sérieusement, c’est loin d’être le moment… » Et le voilà qui sort son pistolet. Mais c’est quoi son problème ? C’est un jeu, pas la peine d’en faire tout un plat et d’agir comme dans une reproduction réelle d’un film de Tarantino ! Tu clignes des yeux en entendant un coup de feu et la voix de Jonathan. Tu lui lances un regard dédaigneux alors qu’il se tourne vers vous avez l’intention que vous le touchiez pour le ramener dans la partie. Tu laisses la rouquine te prendre par le bras sans accorder un regard de plus au pauvre imbécile et tu te mets à courir avec elle. Tu t’accroupis derrière le buisson en essayant encore une fois de reprendre ton souffle du miens que tu peux.

« Nah, tu ne peux pas toujours me protéger non plus tu sais. Une petite chute, c’est pas la fin du monde. » Tu apprécies mais tu as parfois l’impression de te faire couver par tout le monde, comme tu es plus jeune et moins expérimenté. Tu voudrais juste leur prouver que tu peux le faire, toi aussi. Tu es surpris lorsqu’elle te tend le drapeau. Tu te serais attendu à ce qu’elle le donne à quelqu’un d’autre qui a plus d’expérience comme Dan, par exemple. Tu le prends un peu en hésitant avant de l’accrocher à ton sac. C’est vrai que tu as un peu l’avantage car tu es le nouveau et l’adversaire que tu as touché ne sait pas que c’était toi, comme il était de dos. « Okay… Mais ça prend un plan. À cause de l’autre crétin, on a perdu le peu de temps d’avance qu’il nous restait… Il va falloir trouver un endroit pour cacher le drapeau pour le moment. Tu crois que tu peux faire diversion ? Dan va comprendre, je suis certain. Si tu sors, ils vont aller vers toi et je pourrais aller cacher le drapeau quelque part du genre… J’en sais rien, enfoncé dans le ruisseau. Axel devrait rester derrière, il n’attire pas l’attention, et une fois qu’ils sont à vos trousses, on essaie de les descendre par derrière… J’en sais rien. » Tu as un peu trop l’impression de prendre les commandes alors que tu es celui qui a le moins d’expérience et tu n’oses pas trop en ajouter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Siobhán A. O'Cahir
Admin


Messages : 115
Date d'inscription : 18/05/2015

MessageSujet: Re: This is our life on holidays   Lun 18 Mai - 17:29

Sawyer n'avait pas l'air très heureux de recevoir le drapeau. Siobhán ne se demandait pas vraiment pourquoi: le porter c'était devenir la cible privilégiée, elle était bien placée pour le savoir. Et si ça ne la dérangeait pas spécialement de devenir la femme à abattre pour l'équipe d'en face, ça la gênait un peu de confier ce rôle à son ami. Enfin, ce n'était qu'un jeu, et d'un point de vue stratégique c'était très certainement la meilleure chose à faire.
Après avoir un peu hésité, l'étudiant attacha le drapeau à son sac, tandis que Sio lui souriait. Il avait parfaitement raison: il leur fallait un plan. Et celui qu'il proposait était intéressant.

- Il y a de l'idée ! Je vais partir avec Dan, on va faire semblant de libérer Jonathan. Ou on le libérera, ça dépendra des circonstances. Bref, on y va, on attire leur attention. Pendant ce temps tu caches le drapeau près du ruisseau avec Axel, histoire que vous soyez deux à savoir exactement où il est. Avec Dan, on va essayer de les attirer dans la direction du camp, et vous nous retrouvez là bas... On criera bien fort pour que vous entendiez si on se fait toucher. Si jamais Dan et moi on peut plus jouer, vous laissez le drapeau caché et vous essayez de libérer quelqu'un. Si c'est trop dangereux, vous jouez à deux. Ça te va ?

On voyait clairement sur le visage de Siobhán qu'elle était en pleine réflexion. Elle sentait bien qu'ils avaient oublié quelque chose.

-Il nous faut un signal d'alerte, si on sent qu'il y a un problème ! Genre on est pas touché mais on se sent suivi, ou un truc comme ça... T'as déjà regardé Hunger Games ? Le film. On a qu'à siffler comme Rue ! Ah, j'adore ce film !

Après ce petit commentaire totalement inutile, Sio entreprit de chercher Dan. Elle se redressa doucement, à l'affût, le pistolet entre les mains prête à tirer. Avant de se retourner vers Sawyer.

-Et rince toi le visage, ça fera mieux.

Dan n'était pas caché bien loin. Il les avait suivi du s'était caché lui aussi derrière un buisson un peu plus loin. Ils ne savaient pas du tout où se cachait Axel, et Siobhán espérait qu'il irait de lui même trouver Sawyer. Ce serait essentiel pour le plan.
Après avoir expliqué ce qui était prévu à Dan, ils prirent tous les deux le chemin inverse de celui qui les avait menés là, pour retourner vers Jonathan. Aucun des deux ne voulait réellement le libérer, et ils s'étaient bien mis d'accord pour ne le faire que s'ils se retrouvaient trop près ou trop en difficulté pour faire autrement.
À quelques distances de leur coéquipier, ils s'arrêtèrent et se camouflèrent du mieux qu'ils pouvaient. Les membres de l'équipe adverse s'étaient divisés en deux groupes, dont un de trois hommes qui patrouillaient autour de Jonathan. Vu la tête de ce dernier, ils avaient dû le prendre pour un membre important de l'équipe qu'ils viendraient obligatoirement libérer. Grossière erreur.
La question essentielle était surtout en savoir où étaient les deux autres membres. Parce que trois hommes qui patrouillaient comme ça n'avaient pas besoin d'une diversion pour se tenir à l'écart de Sawyer. Ils resteraient sans doute là un moment avant de se rendre à l'évidence.
La rouquine regarda sa montre. L'idéal serait de laisser un bon quart d'heure à Sawyer, pour être sûrs qu'il ai eut le temps de faire ce qu'il avait à faire.
Peut-être que l'équipe adverse profitait de la diversion offerte par Jonathan pour aller cacher elle aussi son drapeau, ce qui expliquerait pourquoi ils ne les avaient pas suivi dans leur fuite.
Non, ils étaient là. Deux autres hommes venaient d'approcher. Ils étaient sans doute chargés de faire une ronde aux alentours, et se rapprochaient dangereusement de Dan et Siobhán.

-Cours !

La voix en Dan était tellement forte que Sio se disait que même Sawyer avait dû l'entendre. Seulement il avait raison, ils étaient repérés, et les ennemis fonçaient droit sur eux. Sio était vraiment très heureuse de courir autant dans sa vie de tous les jours, et d'avoir un pouvoir qui rendait ce genre de sprints beaucoup moins fatigants.
La direction du camp était facile à retrouver, mais l'archère n'était pas sûre que quelqu'un soit là pour les aider. Sawyer et Axel avaient-ils réussi ? Se tenaient-ils prêts ? Étaient-ils ensembles ?
Siobhán et Dan ralentirent en s'apercevant que personne ne les suivait. Où étaient passés les cinq ennemis qui les poursuivaient ? Retournés protéger Jonathan ? Ou... Ou alors ils avaient reconnu la direction prise par Dan et sa coéquipière, et avait pris un autre chemin pour les y attendre, ou pire les devancer.
Les deux acolytes se mirent à marcher plus doucement, guettant les moindres signes suspects, jusqu'à avoir le camp dans leur champ de vision.
Et Siobhán siffla. Cette situation était trop louche pour ne rien cacher
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sawyer T. Davis



Messages : 105
Date d'inscription : 18/05/2015

MessageSujet: Re: This is our life on holidays   Lun 18 Mai - 17:30

« Ouais, des circonstances du genre s’il décide encore de se rebeller et tirer n’importe où… » Même s’il ne le fait pas, tu n’as pas l’intention de le ‘’sauver’’ à moins d’y être contraint ou d’être trop près de lui pour pouvoir faire semblant que tu ne pouvais pas le faire. Quoiqu’il finirait peut-être par se taire si tu étais celui qui lui sauvait la peau. Tu décideras en temps et lieu de ce que tu fais. Tu regardes autour de toi alors qu’elle explique le plan, pour te souvenir de chaque détail. Après tout, c’est bien beau de cacher le drapeau mais si tu ne sais plus où tu l’as mis, ça risque de causer quelques problèmes. Tu approuves le plan et tu étires le bras derrière toi pour saisir le drapeau. Tu sais déjà où tu vas le cacher. Tu observes le ruisseau depuis un moment et tu as repéré un endroit qui semble plutôt vaseux et qui, surtout, est jonché de rochers. C’est l’endroit parfait pour dissimuler le drapeau. Tu n’es pas certain pour le signal, toutefois, mais tu ne dis rien. Dans le film, les oiseaux font ce bruit, c’est plus subtil que le siffler dans une partie d’airsoft mais bon. « Tu trouves pas que ça me donne quelque chose de plus, la saleté ? »

Tu laisses Siobhan partir avec Dan en restant caché pour que personne ne te voit. En jetant un coup d’oeil autour de toi, tu vois Axel qui les regarde sans être certain de ce qu’il doit faire. Tu lèves un peu le bras en l’air en t’assurant que personne ne te voit jusqu’à ce qu’il voit ton signal, puis tu lui fais signe de venir vers toi. Au moins, il prend plus de précaution celui-là ! Il est très discret, ne parle pas beaucoup et ne fait pas de bruit. Il serait probablement le genre à se faire oublier par sa propre équipe et à surgir de nul part pour abattre l’équipe adverse. Il approche rapidement de toi, en prenant des pauses pour ne pas être vu. Une fois près de toi, il s’accroupit et tu lui exposes le plan. Il a l’air un peu surpris durant un instant que ce sois toi qui soit en charge du drapeau mais il ne passe pas de commentaire, ce que tu apprécies. Il approuve ton idée de cacher le drapeau entre les roches, dans l’eau, d’un signe de tête. « Je vais surveiller pendant que tu le caches. Si tu rampes un peu dans l’eau, ils ne devraient pas te voir. » Tu secoues la tête, car tu avais une autre idée. « Ce serais bizarre que je sois le seul complètement trempé. Je vais devoir marcher sur les roches, alors j’attends la diversion. »

Vous attendez silencieusement durant un moment. Tu portes attention à tous les sons autour de toi, jusqu’à ce que tu en entende un qui te confirme que tu peux sortir de ta cachette. Axel te laisse au bout d’un moment pour se diriger vers la rivière et trouver un endroit ou surveiller. Finalement, tu entends ce que tu crois être la voix de Dan. Dans tous les cas, c’est ton signal. Tu tiens fermement le drapeau et tu te relèves en regardant autour de toi jusqu’à ce qu’Axel te fasse signe d’y aller. Tu cours jusqu’à la petite rivière et commences à marcher sur les rochers en tendant les bras pour éviter de perdre l’équilibre. Tu n’as pas envie de te fouler une cheville ou quelque chose du genre, adieu le weekend si ça arrivait ! Tu finis par t’accroupir, retirer tes gants à l’aide de tes gants et plonger tes mains dans l’eau pour faire un trou. Ce serais fâcheux que le drapeau parte avec le courant ! Tu enfonces finalement le drapeau dans l’eau en t’assurant qu’il soit difficilement détectable. Tu décides aussi de casser des branches pour faire une forme qui n’attire pas trop l’attention mais dont tu vas te souvenir, que tu laisses sur le bord de l’eau. Il est maintenant temps d’aller rejoindre le reste de l’équipe.

« J’ai pas entendu de coups de feu, c’est étrange.. Mais j’ai entendu quelqu’un siffler, je crois. » Maintenant qu’Axel te pointe ce détail, c’est vrai que malgré le cri de Dan, tu n’as pas entendu de coup. Vous courez entre les arbres en direction du camps et c’est Axel qui te dirige, car il sait mieux que toi vers où aller. Devant vous, aucun signe de vie et tu ne vois pas Jonathan. Tu finis par voir le camps, mais il n’y a personne. « Tu crois qu’ils se sont fait coincer ? » Tu as l’impression que c’est effectivement le cas. Après tout, ils n’étaient que deux et tu n’as aucune idée si toute l’équipe adverse les attendait ou pas. « Possible. Ils sont peut-être à l’intérieur en pensant avoir l’avantage, comme c’est plus difficile pour nous de ramener les autres mais au fait, ça pourrais nous avantager… » Tu dois penser à un plan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Siobhán A. O'Cahir
Admin


Messages : 115
Date d'inscription : 18/05/2015

MessageSujet: Re: This is our life on holidays   Lun 18 Mai - 17:31

Trop de silence. Personne n'avait répondu au sifflement de Siobhán. Les deux acolytes s'étaient donc cachés, accroupis près des arbres, et parlaient à voix basse.

- Ils sont là tu crois ?
- Je pense pas.
- On fait quoi alors ? S'ils nous trouvent pas ils vont s'inquiéter, et en même temps on va pas rester là trois heures...

Dan semblait réfléchir. Les deux tenaient leurs armes, prêts à tirer sur n'importe qui qui se présenterait par ici.

- Et si on se mettait dans une cabane ? On serait un peu moins exposés, non ?

Siobhán ne savait pas trop si c'était une bonne idée. Elle était trop occupée à se demander si Sawyer et Axel avaient réussi à cacher le drapeau correctement.
Après quelques délibérations, ils choisirent une des cabanes les plus proches. Ce serait moins difficile de l'atteindre. Marchant dos à dos pour surveiller toutes les directions en même temps, ils finirent par atteindre la cabane et y entrer. Cette réussite leur tira des soupirs de soulagement, tandis qu'ils choisissaient chacun une fenêtre à surveiller. Finalement, ils allaient peut-être réussir. Mais la situation était tout de même bien trop étrange. Sio était persuadée que les ennemis étaient là quelque part, et qu'ils attendaient simplement le bon moment pour se montrer. Sauf qu'elle ne voyait rien.
Ses yeux balayaient tout le paysage sans qu'elle ne voit rien. Elle entendit simplement des bruits de pas pressés derrière elle. La rouquine se retourna brusquement avec son pistolet prête à tirer.

- Out !

C'était la voix d'un adversaire que Dan venait de toucher. Seulement ils fonçaient à cinq droit sur eux, et à peine immobilisé l'adversaire était déjà touché par un coéquipier et revenait dans la partie.
Sio en toucha un qui connut le même sort: libéré au bout de cinq secondes. Sauf qu'en relevant la tête pour tirer, un des adversaire avait réussi à tirer une bille sur sa joue.

- Aïe ! Out !

Elle se redressa, rangea son pistolet et se massa la joue avec sa main droite, alors que Dan subissait le même sort qu'elle. Forcément, à cinq contre deux il était évident qu'ils ne pouvaient pas lutter. En tout cas pas sans utiliser la mutation de Sio.
Deux adversaires restèrent alors dans la cabane avec eux, et les trois autres partirent sans que Sio ni Dan ne puisse savoir ce qu'ils allaient faire.
Il ne restait plus qu'à attendre que Sawyer et Axel viennent, si jamais ce n'était pas trop dangereux. Et pour que ce soit moins dangereux, il fallait soit couvrir leurs bruits soit leur indiquer leur position d'une manière ou d'une autre. Et s'ils ne pouvaient pas changer de place ni tirer, ils avaient encore le droit de parler, ou de manger.

- Follow me down to the river
Drink while the water is clean
Follow me down to the river tonight
I'll be down here on my knees
So follow me down to the river
Follow me down through the trees
Follow me down to the river, man
I'll be down here on my knees

Dan avait compris la manoeuvre, et si à la base il ne connaissait pas la chanson, à force d'entendre Sio chanter il avait fini par apprendre les paroles. Il fallait dire que c'était bien répétitif. Par moment il se mettait en rire, ce que la rouquine ne comprenait absolument pas.
Il ne restait qu'à attendre que quelqu'un vienne. Ou alors que leurs surveillants meurent ou deviennent fous à force d'entendre ça en boucle. Sio en tout cas, pouvait continuer longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sawyer T. Davis



Messages : 105
Date d'inscription : 18/05/2015

MessageSujet: Re: This is our life on holidays   Lun 18 Mai - 17:31

Tu entends soudainement des coups de feu, suivis par la voix de Dan et ensuite celle de Siobhan, avec une pointe de douleur. Il semblerait que vous ne soyez plus que deux, Axel et toi, et vous allez devoir continuer seul en les laissant là ou tenter de trouver un moyen de les faire reprendre la partie. Vous vous éloignez pour ne pas vous faire prendre par surprise, mais tu as l’impression que tous les membres de l’équipe adverse sont dans l’une des cabanes pour le moment. Le premier réflexe d’Axel est de dire de continuer seuls, mais tu n’es pas certain que ce soit une bonne idée. Vous avez besoin de vos coéquipiers et contrairement à vous, même si vous tirez sur eux, ils vont toujours avoir quelqu’un pour leur permettre de revenir au jeu. Mais si l’un de vous deux se faisait prendre, ce serais pratiquement la fin. Et honnêtement, même si tu te passerais d’un coéquipier comme Jonathan, tu trouverais le weekend un peu nul si tu devais le finir tout seul.

C’est à ce moment que tu remarques du mouvement et que tu réalises que trois des ennemis sont maintenant à l’extérieur, mais tu n’as pas pu voir de qu’elle cabane ils sont sortit. Tu tends l’oreille et tu les entends vaguement parler, puis tu entends quelque chose d’autre. Axel te donne un coup de coude derrière les buissons puisqu’il a remarqué la même chose. On dirais que c’est Siobhan qui… chante ? Tu te demandes pourquoi durant une fraction de seconde avant de réaliser que c’est pour vous indiquer où ils sont. Très brillant comme technique, et tu souris en entendais Dan se joindre à elle. Vous allez facilement pouvoir déterminer à quel endroit ils sont en vous approchant un peu plus. Mais pour ça, vous devez sois foncer dans le tas en tirant sur tout le monde, ou essayer de vous rendre le plus près possible sans vous faire repérer.

« Je peux aller plus loin et tirer. Je cours vite et je disparais rapidement. Et ensuite bah on essaie de se rejoindre près de la rivière. » Tu regardes Axel un moment en réfléchissant. C’est vrai que donner l’impression que l’ennemi arrive du côté inverse, en tirant, pourrait au moins attirer l’attention des trois dehors pour que tu puisses essayer de t’occuper des deux à l’intérieur. Ou peut-être que tu pourrais en profiter pour te cacher près d’une fenêtre et tirer de l’extérieur pour les prendre par surprise. Vous décidez rapidement et vous laissez vos sacs derrière les buissons, où vous pourrez facilement retourner les chercher en vous sauvant. Axel part de son côté en prenant des pauses derrière les arbres. Heureusement, les chants de Siobhan et Dan couvrent le peu de bruit que vous faites. Au bout d’un moment, tu entends un coup de feu, puis un autre, et tu vois les trois types se mettre à tirer et courir vers l’endroit ou ton coéquipier se trouve. Tu t’armes d’abord de ton pistolet et tu cours le plus rapidement possible vers le campement pour finalement trouver la cabane, et tu te caches entre deux fenêtres. C’est à ce moment là que tu comprends les paroles de la chanson et tu fronces les sourcils en te demandent pourquoi la rouquine a décidé de chanter un truc pareil. Mais tu n’as pas le temps de t’attarder sur ce détail tout de suite.

Tu te penches rapidement pour regarder dans la cabane et tu vois les deux ennemis qui regardent par la fenêtre, armés de leurs fusils. Tu croises le regard de Siobhan et tu lui fais signe de continuer à chanter. Tu décides alors de prendre une chance et tu te postes devant la fenêtre en reculant un peu pour ne pas tirer de trop près et tu atteins le premier dans le dos. « OUT !  » Tu sais que tu dois faire vite et tu te mets à courir. Pour le moment, les autres ne sont pas encore revenus et c’est lui, ou toi. En tournant le coin, tu le vois qui est maintenant à l’extérieur et qui te cherche mais il bouge trop vite pour que tu puisses l’atteindre. Tu dois prendre une chance car tu te doutes que les autres vont rapidement revenir en ayant entendu d’autres coups de feu. Tu ranges ton pistolet pour prendre ta plus grosse arme et tu tires dans sa direction pour l’éloigner de la cabane. Lorsque tu as le champs libre, tu déguerpis rapidement tu entres dans la cabane mais tu n’as pas le temps de toucher tes coéquipiers que tu te fais tirer dessus et tu évites de justesse la bille. Trop tard, le voilà qui entre dans la cabane derrière toi. Tu te lances de côté pour éviter qu’il te tire dessus et tu décides de tenter un coup chanceux. Tu vises dans sa direction alors qu’il fait la même chose que toi et tu sautes par la fenêtre par derrière. Tu t’écrases sur le sol et tu perds le souffle durant un moment. « Out ! » Tu soupires de satisfaction. Tu as réussis à l’avoir. Tu retournes dans la cabane en boitant légèrement et tu donnes finalement une tape sur l’épaule de Dan et de Siobhan. « Eh joli coup ! » Tu fais un signe de tête aux deux types qui sont maintenant assis par terre et tu sors, suivis de tes compagnons. Tu t’assures d’être assez loin avant de donner le plan. « Les sacs sont plus loin. On les ramasse et on se sauve pour retourner vers la rivière. Et Jonathan bah.. disons qu’on a pas eu le temps d’aller le chercher. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Siobhán A. O'Cahir
Admin


Messages : 115
Date d'inscription : 18/05/2015

MessageSujet: Re: This is our life on holidays   Lun 18 Mai - 17:32

Siobhán était impressionnée par Sawyer. Il était vraiment très doué, ou alors il avait beaucoup de chance, mais il s'était vraiment débrouillé comme un chef. La rouquine était très fière de l'avoir amené ici, et aussi surprise qu'impressionnée par le sang froid et la maîtrise dont il faisait preuve. Elle le suivit sans aucune hésitation hors de la cabane, mais elle avait bien vu qu'il avait boité un peu. Il s'était sûrement fait mal alors qu'il venait à leur secours.
Une fois qu'ils se furent assez éloignés pour que Sawyer leur explique le plan qu'ils avaient mis en oeuvre et la suite des opérations, Sio ne put pas se retenir. Elle prit Sawyer dans ses bras rapidement, faisant attention à ne pas lui faire mal avec son équipement, avant de le laisser tranquille.

- C'était trop cool comme sauvetage ! T'avais trop la classe ! Mais ta cheville ça va ?

Tout en disant ça, elle se massait la joue frappée par la bille adverse, où on devinait facilement qu'elle aurait un gros bleu. Il fallait avouer qu'ils avaient tirés trop près, mais Sio ne leur en voulait pas. L'airsoft était un sport comme les autres, c'est à dire qu'on risquait forcément de s'y faire mal. Et puis, ce n'était pas la première fois !
La surveillante se plaça directement sous les ordres de Sawyer et obéit sans discuter à la suite de son plan: ils récupérèrent les sacs abandonnés près d'un buisson et prirent la direction de la rivière le plus discrètement possible.

- On te suit, capitaine !

Il avait véritablement mérité qu'ils lui fassent totalement confiance vu le courage dont il avait fait preuve face à l'équipe adverse. Siobhán lui fit un clin d'oeil.
L'Irlandaise était très heureuse de voir Sawyer s'intégrer dans une équipe et prendre autant le jeu à coeur. Elle doutait qu'il se comporte de cette manière à Levram, étant donné que son oncle se plaignait souvent de ses résultats alors qu'il semblait complètement dans son élément ici. Ça la confortait dans l'idée que son ami manquait tout simplement de motivation, et qu'elle n'allait pas le laisser tranquillement saboter ses notes après ça. Il était bien trop fort pour ça. Elle parla à voix basse.

- Ça vous dit qu'on fasse une pause pour manger après ? J'ai hyper faim !

Mais déjà sa voix était couverte par le bruit de l'eau de la rivière. L'heure était venue de savoir si Axel les attendrait tranquillement avec la discrétion qui le caractérisait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sawyer T. Davis



Messages : 105
Date d'inscription : 18/05/2015

MessageSujet: Re: This is our life on holidays   Lun 18 Mai - 17:32

Tu es un peu surpris lorsque Siobhan te prend dans ses bras et tu ne lui rends pas l’accolade, vu tout le matériel. « Ah, euh, euh… » Tu ne sais pas trop quoi dire mais ça te fais bien plaisir qu’elle te dise que tu avais la classe. Au moins, elle a bien vu que tu étais amplement capable de te défendre. Mais c’est vrai que vu le coup que tu t’es pris en pleine gueule la dernière fois avec un simple petit voleur, on aurais pu se demander si tu étais capable de le faire. Tu fixes son visage un peu trop intensément, car elle a l’air d’avoir été touchée au visage, mais tu n’as pas le temps de t’attarder sur ce détail pour le moment. Tu vas attendre que vous soyez en sécurité et cachés quelque part. « Oui, la chute a été rude mais ça va. » Tu ne sais pas trop qu’est-ce qui s’est passé mais il semblerait que ce sois maintenant toi qui commande, alors que tu étais le petit nouveau il y a à peine une heure de ça. Pas que ça te déplaise, mais tu espères pouvoir être à la hauteur et faire gagner ton équipe. Tu fais de ton mieux pour ignorer la douleur dans ta jambe, car tu sais qu’elle va s’atténuer dans quelques heures, et tu continues de marcher.

« Ça me va, j’ai déjà un petit creux. » Vous arrivez à la rivière mais il n’y a aucun signe d’Axel. Pourtant, vous ne l’avez pas entendu crier, ce qui veut dire qu’il n’a probablement pas été touché. Puis, la réponse te semble évidente. « Il n’est pas revenu tout de suite pour éviter que l’équipe adverse nous trouve, je crois. » Vous pouvez laisser le drapeau où il est, vous cacher pas très loin et attendre qu’Axel se pointe, ou partir plus loin pour établir un campement dans un endroit sur. Tu t’arrêtes un peu plus loin, dans un coin couvert par les arbres et les buissons, et tu t’installes sur le sol en enlevant ton sac pour être bien placé. Dan se place plus loin et tu fais signe à Siobhan de venir s’installer près de toi pour lui donner des barres tendres et une bouteille d’eau. C’est avec beaucoup d’énergie que tu bois de l’eau, toi qui avais l’impression de ne plus avoir de salive dans la bouche. Tu te penches vers la rouquine alors qu’elle mange et tu enlèves tes gants en versant un peu d’eau sur ta manche pour ensuite enlever la saleté de son visage là où elle se frottait quelques minutes plus tôt. C’est à ton tour de prendre son visage et tu glisses tes doigts sur sa joue, qui commence déjà à prendre une teinte. « Je pensais qu’on devais éviter de tirer d’aussi près et faire attention au visage… »

Tu termines ta barre tendre et tu masses un peu ta cheville. Heureusement, elle ne te fait pas mal quand tu la touches, ce qui veut dire que tu l’as probablement seulement un peu foulée en sautant de la fenêtre. Dan demande alors la suite du plan. « Je pensais qu’on pourrais s’éloigner pour trouver un endroit pour ce soir et faire des rondes pour revenir voir ici si Axel revient. On a mis un X par terre tout à l’heure, il est assez subtil si personne ne pense à regarder là… Je me disais qu’on pourrais lui laisser un message pour lui dire d’attendre dans le coin ou quelque chose, qu’est-ce que vous en pensez ? Honnêtement, je pense qu’on ferais mieux de se monter un campement rapidement quelque part pour pas être coincés à le faire dans le noir et faire de la lumière inutile. Et il pourrait pleuvoir. » Tu ne sais pas pourquoi, mais tu t'étonnes un peu plus à chaque minute de constater à quel point tu es à l'aise dans une situation du genre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Siobhán A. O'Cahir
Admin


Messages : 115
Date d'inscription : 18/05/2015

MessageSujet: Re: This is our life on holidays   Lun 18 Mai - 17:33

La rouquine était vraiment soulagée que Sawyer soit d'accord pour faire une pause pour manger. Elle avait vraiment faim, après tant d'action et de réflexion, et c'était certainement sa capacité à engloutir la nourriture aussi vite qui l'avait dissuadée pour le moment de s'engager dans l'armée. Le ventre vide elle était totalement inefficace.
Après un signe de son ami, elle alla se placer près de lui. Siobhán refusa d'un signe de la main les barres qu'il lui tendait puisqu'elle en avait dans son sac, et entreprit de manger sans grande classe en laissant ses yeux se perdre dans le vague. La main de Sawyer s'approchant de son visage la fit sursauter parce qu'elle ne s'y attendait vraiment pas, mais elle contint son réflexe premier et arrêta de mâcher pour le laisser passer sa main doucement. Ce n'était pas très agréable à cause du bleu en formation, mais la fraîcheur de l'eau lui plaisait bien. L'autre point positif était justement que le bleu empêchait qu'on la voit rougir.

- Oh, c'est difficile parfois dans le feu de l'action...

Elle se doutait que les adversaires n'avaient pas fait exprès de lui faire mal. Ce serait idiot et sans intérêt, d'autant plus que viser le visage n'était pas facile et leur ferait perdre plus de temps qu'autre chose.

- Et puis, Kegan dit que le bleu me va très bien !
Sio, très contente d'avoir trouvé quelque chose de sympathique à dire, fit un clin d'oeil à Sawyer avec un grand sourire. Avant de se rappeler qu'elle devrait plutôt éviter de présenter Kegan comme quelqu'un de sympathique, puisqu'il avait des vues sur son ami.
Axel n'était toujours pas revenu, malgré leur petite pause. Pendant ce temps, Sawyer se massait la cheville, et alors que Sio allait proposer de regarder s'il avait quelque chose Dan enchaînait déjà en demandant la suite du plan.

- Hmmm... Si on monte un camp il faut au moins deux personnes pour le surveiller, pour ne pas avoir d'angles morts. Si on le monte loin d'ici, il faut une troisième personne qui vienne faire une ronde... Sachant qu'on a pas récupéré Jonathan, ça nous laisse une seule personne qui peut profiter du camp. Je sais pas si ça vaut le coup... Je propose qu'on attende encore un peu. Après on devrait aller chercher Jonathan, quand même ! Et ensuite on pourra essayer de faire un camp. Vous en dites quoi ?

Dan fit signe qu'il réfléchissait, et en attendant sa réponse et son analyse de la situation, la rouquine fouilla dans son sac pour se rappeler ce qu'elle avait emporté de la cabane. Elle tomba nez à nez avec un gros couteau dans un étui pour éviter qu'ils ne se coupent en fouillant dans les sacs. Sûrement utile pour couper le saucisson qu'elle avait trouvé aussi. Mais à ce moment elle ne voyait pas du tout cette utilité.

- Hé Sawyer, tu veux voir un truc cool ? C'est mon père qui me l'a appris !

Et sans attendre elle sortit le couteau de l'étui et le soupesa un instant, avant de refermer sa prise sur lui et de le lancer avec force. Il se ficha dans l'écorce d'un arbre à une distance respectable du groupe. Siobhán était très fière. Si ça avait été une personne, il était évident qu'elle serait K.O.

- Bon, j'aurais peut-être mieux fait d'avoir des cours de géographie, mais mon père trouvait ça plus utile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sawyer T. Davis



Messages : 105
Date d'inscription : 18/05/2015

MessageSujet: Re: This is our life on holidays   Lun 18 Mai - 17:34

En entendant le nom de Kegan, tu te raidis automatiquement. Tu la regardes te faire un clin d’oeil mais même si tu te forces, tu n’arrives pas à lui rendre son sourire et tu fixes ta cheville que tu continues de masser en te pinçant les lèvres. « Ah… Haha. » Tu n’as pas l’air très convainquant, mais ce n’est pas bien grave. Tu doutes qu’elle prenne le temps de piquer une discussion pour essayer de te faire cracher le morceau et te demander ce qui te dérange. « Hum oui, c’est probablement mieux comme plan, tu as raison je crois. » Tu attends quand même d’avoir l’avis de Dan, qui semble être en train de réfléchir à autre chose en même temps. Tu oublies un peu ton ressentiment envers Kegan lorsque Siobhan te propose de te montrer un truc cool et tu dois avouer que tu es impressionné. Tu n’es pas le meilleur lanceur de couteau, tu dois l’avouer. La majorité du temps, il frappe la cible de côté sans se planter dedans et retombe sur le sol. « C’est pas mal ! Personnellement, je suis meilleur pour tirer mais bon, je vais éviter de faire une démonstration, je risquerais de faire exploser notre couverture. »

Tu tournes la tête et tu vois Dan qui vous observe silencieusement. Il fini par sourire et approuver le plan, mais continue de te fixer. Tu finis même par te demander si tu as de la bouse sur le visage sans le savoir et tu commences à être mal à l’aise. « D’où est-ce que vous sortez, tous les deux ? » Tu le regardes, un peu surpris, avant de lancer un regard à la rouquine et le rediriger vers votre coéquipier. Il se met à rire en voyant vos têtes et se penche pour te donner une tape dans le dos. « Je me demandais juste, vous êtes plutôt jeunes alors je trouve ça surprenant que vous soyez aussi doués ! Ta cascade tout à l’heure Sawyer, on dirais que tu as déjà été sur un vrai champs de bataille ! » Tu cherches une explication plausible et tu ouvres la bouche avant de sourire et rigoler un peu. « Ah… Aaaah c’est un peu comme Siobhan en fait, mon père travaillait dans le domaine et je trouvais ça intéressant donc j’ai beaucoup appris avec lui… » C’est un mensonge, mais il a une part de vérité. « Il aurait été fier s’il t’avait vu en tout cas ! » Ton sourire fige et tu fais mine de ranger les trucs dans ton sac. « Ouais… probablement. »

Tu entends un son et tu redresses la tête. Tu as l’impression d’avoir entendu des bruits de pas et tu leur fais signe de se taire avant de t’armer de ton arme et d’avancer un peu pour voir à travers le feuillage. « On est vivants ! » Tu reconnais la voix d’Axel et tu soupires de soulagement. Mais ‘’on’’ ? Tu te redresses et tu croises le regard de Jonathan, qui n’en mène pas bien large. « Tu as réussis…? » Axel sourit, fier de son coup. « Je leur ai donné une fausse piste, ça m’a donné le temps de retourner le chercher et revenir par ici sans que l’autre équipe puisse se douter de quoi que ce soit. » Tu fouilles dans ton sac et tu leur lance une barre tendre et une bouteille d’eau. « Super, maintenant que l’équipe est complète, on va pouvoir trouver un endroit pour le campement ! » Tu dois te l’avouer, tu es un peu pressé d’avoir un endroit sur où te reposer. Tu sais que tu vas probablement devoir faire des rondes cette nuit mais tu espères pouvoir te reposer un peu avant de débuter la seconde journée. Vous ramassez vos trucs et vous commencez à vous déplacer un peu plus au nord en quête d’un endroit ou vous pourrez vous cacher de la pluie et des ennemis tout en ayant une bonne vue de ce qui se passe autour. « Je me demande si Kegan serait doué à ce genre de truc… » C’est sortit tout seul, avec une pointe d’amertume, car tu ne crois pas qu’il serait à sa place. Évidemment, tu es celui que Siobhan a invité, pas lui !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Siobhán A. O'Cahir
Admin


Messages : 115
Date d'inscription : 18/05/2015

MessageSujet: Re: This is our life on holidays   Lun 18 Mai - 17:34

Siobhán était un peu déçue. Sawyer avait l'air de trouver que le lancer de couteaux était une activité des plus banales, et la rouquine se sentait alors un peu stupide. D'accord, elle était douée pour mettre une raclée à ses adversaires, mais cela n'impressionnait pas vraiment Sawyer - ou alors il ne le montrait pas trop- et elle ne savait même pas lire. Un tas de muscles sans cervelle, voilà ce qu'elle était.

- Oh, pas besoin de me faire une démonstration ! J'en ai déjà eu une tout à l'heure, quand t'es venu nous libérer !

Dan, après avoir approuvé le plan de l'Irlandaise comme Sawyer un peu plus tôt, leur demanda alors subitement d'où " ils sortaient". Généralement l'archère le présentait comme un ancien militaire soucieux de transmettre son savoir, ce qui n'était pas très éloigné de la réalité, mais puisqu'elle était inclue dans la réponse de Sawyer elle ne voyait pas grand chose à ajouter.

- Merci pour le compliment en tout cas !

Mais après la remarque sur le père de Sawyer qui serait fier de lui, Siobhán ne savait plus vraiment où se mettre. Il lui avait appris il y a un moment déjà qu'il était décédé et que ça avait été un coup dur pour lui, ce qui avait toujours poussé la rouquine à éviter le sujet. Seulement Dan n'en savait rien. Alors que son ami se baissait pour arranger son sac, Sio posa la main sur son épaule. Parce que pour une fois elle n'avait rien à dire.
Cet instant de malaise qui commençait à planer sur eux fut vite brisé par un bruit qui les fit tous se redresser. Axel était de retour, et il avait même trouvé le moyen de ramener Jonathan. Ce type était vraiment très fort. Et, incapable de masquer sa joie de le voir de retour, Sio ne se gêna pas une seule seconde pour lui faire un câlin. Ce qui parut d'ailleurs surprendre et amuser Axel, qui la regardait plus ou moins comme une gamine de huit ans qui viendrait de retrouver son nounours.

- Vous êtes trop fort les gars, on va gagner c'est pas possible autrement !

Après avoir ravitaillé les deux nouveaux arrivants, Sawyer exprima son envie d'aller s'installer quelque part pour la nuit, et Siobhán était bien d'accord. Le reste de l'équipe aussi d'ailleurs, et ils se mirent alors en route. Dan parlait d'une petite colline assez proche, qui leur offrirait une vue à peu près dégagée et l'abri de quelques arbres. Tout le monde suivit cette piste sans discuter, même Jonathan. Il semblait à la fois faire la tête - sûrement parce qu'il avait loupé une bonne partie du jeu - et en même temps beaucoup plus timide. Il avait sans doute en mémoire le passage éclair de Siobhán et Dan pour le libérer - ou en donner les apparences - et croyait peut-être que la rouquine avait voulu le récupérer malgré les menaces qu'il avait proférées à son égard. Ce qui n'était pas tout à fait faux, puisqu'elle venait de proposer d'aller le chercher.
Alors que l'Irlandaise réfléchissait à la suite des opérations, la voix de Sawyer la tira de sa rêverie.

- Kegan ? Je pense que tout ça ne l'intéresse pas du tout.

En même temps, vu l'endroit où il vivait, Sio avait du mal de l'imaginer s'éclater à dormir par terre en pleine forêt, tous en tenue de camouflage avec une coiffure bien dégueulasse après une journée aussi agitée. Elle doutait même qu'il ose tirer sur qui que ce soit.

- Franchement je l'imagine mal ici.

Et puis, c'était l'occasion de le présenter sous un jour un peu moins agréable, ce qui était plutôt une bonne idée sachant ses projets au niveau de sa vie de couple.
Après quelques minutes de marche ils arrivèrent sur un endroit qui semblait idéal. Personne ne semblait vouloir s'installer ailleurs, et il décidèrent donc de monter leur camp ici. Même si, au fond, il n'y avait pas grand chose à monter. Prendre une tente aurait été bien trop encombrant et peu pratique, aussi ils avaient à la place une bâche à accrocher aux branches d'arbres pour les protéger de la pluie, et une autre à poser par terre pour ne pas trop se salir. Après avoir choisi quelques arbres assez éloignés pour que la bâche puisse être à peu près entièrement dépliée entre eux, ils n'eurent aucune difficulté à tout installer.
Considérant qu'il avait eu plus de repos que les autres, et qu'il était temps de faire profil bas, Jonathan se proposa pour prendre le premier tour de garde, vite rejoint par Dan. Sio entreprit alors de poser ses armes et son sac non loin d'elle, avant de s'allonger sur la bâche avec un soupir d'aise. Une fois que Sawyer eut rejoint l'endroit, la rouquine, qui commençait à avoir froid, se colla contre lui avant de lui demander la permission.

- Je peux me mettre comme ça ? J'ai oublié de prendre un sac de couchage dans la cabane.

Elle avait vraiment froid, et puis, elle se voyait mal demander ça à Axel. Quoique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sawyer T. Davis



Messages : 105
Date d'inscription : 18/05/2015

MessageSujet: Re: This is our life on holidays   Lun 18 Mai - 17:34

Tu regardes Siobhan faire un câlin à Axel, le regard un peu vide. Tu ne sais pas trop ce que tu ressens devant cette scène mais tu ranges rapidement ce sentiment bizarre dans un coin de ton esprit pour éviter de t’attarder dessus. Tu ramasses ton matériel et tu suis les autres, en marchant près de ton amie. Ton visage bouge de lui-même lorsque tu entends ses commentaires sur Kegan et tu te mets à sourire bêtement avant de réaliser et de te forcer à reprendre une expression neutre avant que qui que ce soit puisse te voir. Tu te trouves un peu imbécile de te réjouir d’un détail aussi peu important et de t’être fait la réflexion que la rouquine préférait probablement plus traîner avec toi qu’avec lui. « Ah bien, c’est dommage, il ne pourra pas se joindre à nous… » Tu as conscience que le ton que tu as pris pour le dire fait clairement comprendre que tu n’es pas du tout déçu qu’il ne participe pas à votre partie. Plus loin il se tient de toi, mieux c’est, et c’est loin d’être parce que son pouvoir t’affecte trop.

Au bout d’un moment, vous arrivez à un endroit qui semble être parfait pour monter un campement. Tu aides les autres garçons à accrocher la bâche en te disant qu’après ce weekend, tu vas être bien heureux de retrouver ton lit. Étrangement, Jonathan fait tout ce qu’on lui demande sans rechigner et sans contester les ordres. Tu ne vas pas t’en plaindre et tu es convaincu que tout le monde pense comme toi. Il propose même de prendre le premier tour de garde et tout le monde le regarde, un peu surpris, mais accepte son offre. Au bout de quelques minutes, Dan va le rejoindre et tu te retrouves seul avec Siobhan et Axel. Tu la regardes s’installer sur la bâche et tu hésites un moment avant d’aller t’étendre pas très loin d’elle et de glisser ton sac sous ta tête pour un minimum de confort. Ce n’est pas très confortable mais au moins, les vêtements de surplus que tu as apportés rendent le tout un peu moins dur. Tu tournes la tête lorsque tu sens Siobhan se coller contre toi et tu prends une inspiration pour faire partir la chaleur qui monte dans tes joues. « Oui, ça va. » Tu n’as pas de sac de couchage non plus.

En levant les yeux, tu croises le regard d’Axel qui vous regarde avec un sourire suspect. Tu hausses les sourcils mais il se contente de sourire avant de prendre un paquet dans ses mains et de te le lancer dessus. Tu es surpris lorsque le sac s’écrase sur toi, en réalisant qu’il s’agit d’un sac de couchage. Axel vous informe que vous avez réussis à en transporter seulement deux mais que grâce aux tours de garde, vous allez être capables de partager. Tu te redresses en ayant d’abord l’intention de le laisser à Siobhan puis tu remarques qu’elle est déjà presque en train de grelotter. Tu prends un instant pour retirer tes lunettes, qui te font un peu mal, et te frotter les yeux mais tu les remets tout de suite, juste au cas ou. Tu décides finalement d’ouvrir complètement le sac de couchage pour que vous puissiez vous en servir comme couverture et tu tends un bras sous la rouquine pour la tirer contre toi, question de la réchauffer. Tu entends Axel qui est en train de croquer dans une pomme, assis plus loin. « Ça fais longtemps que vous sortez ensembles, tous les deux ? » Tu clignes des yeux plusieurs fois, incertain d’avoir bien compris. « Quoi ? Euh, non. Je veux dire, on sors pas ensembles. Pas du tout. » Axel, si silencieux et réservé depuis le début de la partie, pousse alors un son bizarre qui ressemble à de la surprise. « Ah… Désolé. Je croyais que si, à cause de… Tu vois. » Non, tu ne vois pas trop, en fait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Siobhán A. O'Cahir
Admin


Messages : 115
Date d'inscription : 18/05/2015

MessageSujet: Re: This is our life on holidays   Lun 18 Mai - 17:35

Siobhán était tout à fait insensible à la gêne que pouvait ressentir Sawyer. En vérité, elle était juste très contente qu'il ait accepté qu'elle se mette contre lui, parce qu'elle avait vraiment froid et que, honnêtement, elle avait douté qu'il soit d'accord. Dormir avec elle alors qu'il n'y avait personne avait semblé le déranger quand il était venu chez elle, alors elle se disait que le regard d'Axel ou Dan pourrait le décourager. Mais ce n'était pas le cas.
Alors qu'elle essayait de caler confortablement sa tête quelque part pour dormir, elle sentit quelque chose s'écraser à moitié sur elle et sur son ami. Elle sursauta brusquement, prête à en découdre avec ce qui se révélait être... Un sac de couchage. Axel les informa du faible nombre dont ils possédaient, mais qu'ils pourraient partager. Cela fit rire Siobhán.

- On en aura assez à condition que Dan et Jonathan dorment ensemble !

Et elle doutait que ce soit dans leurs projets.
Tout en disant cela, la rouquine ne lâchait pas des yeux ce que son ami faisait du sac de couchage. Il avait visiblement décidé de l'ouvrir entièrement pour le transformer en couverture, et d'après Sio c'était la meilleure chose à faire. Ils ne tiendraient pas à deux dedans, et même si sa gentillesse la poussait à envisager la possibilité de le laisser à Sawyer, elle avait bien trop froid pour ça. Elle essayait de se réchauffer en frottant ses mains sur ses bras ou ses jambes, mais sans grand succès, jusqu'à ce qu'elle son ami l'attirer un peu plus près de lui, et donc bien sous la couette.
Pour être sûre de ne pas s'éloigner de lui, l'Irlandaise choisit de passer un bras autour du torse de Sawyer, comme pour lui faire un câlin. Et en plus, ça lui tiendrait chaud à lui aussi comme ça ! Enfin, quand elle se serait réchauffée, parce que pour le moment elle était trop gelée pour ça.
Contente de cette nouvelle installation, l'archère ferma les yeux, prête à s'endormir, mais gênée par la voix d'Axel qui venait leur demander depuis combien de temps ils étaient en couple. Suite au petit échange qu'il eut avec Sawyer, la rouquine ne put pas s'empêcher de rire.

- C'est pas parce que tu dors avec une fille que tu couches avec, petit pervers !

Évidemment elle ne pensait pas qu'il avait vraiment insinué ça, mais Siobhán voulait juste montrer que l'habit ne fait pas le moine. Axel rit aussi, mais n'importe qui d'autre que Siobhán pouvait nettement voir qu'il se sentait un peu gêné de s'être trompé sur leur compte. Il avait généralement de bonnes analyses des gens, surtout en pleine partie d'airsoft, mais il fallait croire qu'il avait été induit en erreur par les quelques attentions que les deux jeunes gens avaient eues l'un pour l'autre.
La rouquine leva doucement la tête pour l'approcher de l'oreille de son ami.

- Arrête de dire " Pas du tout", ça fait genre on est ensemble mais on assume pas. Ou alors que ça te dérange vraiment beaucoup qu'on pense ça. Enfin peut-être que ça te dérange beaucoup, j'en sais rien moi... C'est parce que t'as une copine ?

Et cette deuxième option ne plaisait pas du tout à l'archère. D'accord ils n'étaient pas en couple, mais Sawyer était tout de même son meilleur ami: il ne devait pas avoir honte d'elle ! Cette discussion lui rappelait leur première sortie commune, lorsque l'étudiant avait passé dix bonnes minutes à répéter que ce n'était surtout pas un rencard.
Quant à l'idée que Sawyer soit en couple... Ça ne lui plaisait pas non plus. Mais d'un autre côté, vu la joie immanquable dont il avait fait preuve à l'idée que Kegan soit absent, elle pouvait au moins se dire que ce ne serait pas avec lui. C'était déjà ça.
La surveillante tenta alors d'imaginer son ami en couple avec quelqu'un. Qui cela pourrait être ? Elle pensa d'abord à Pandora, mais ça ne comptait pas vraiment: on lui avait dit que ça n'avait même pas duré une semaine. Peut-être s'étaient-ils remis ensemble ? Siobhán avait beau être amie avec Panda, elle ne l'imaginait pas du tout en couple avec Sawyer. Elle pensait qu'elle l'énerverait vite avec sa naïveté incroyable.
En fait, il faudrait à Sawyer quelqu'un d'énergique pour le motiver, et de gentil surtout. Ça, elle y veillerait personnellement. Sio savait trop bien ce que c'était de tomber sur de parfaites ordures, et elle comptait bien épargner ça à son ami. Elle continua de parler à son oreille pour que cette discussion reste privée.

- Ou un copain, c'est pareil. Kegan dit que si ça se trouve, t'aimes bien les mecs aussi.

Et il avait intérêt de voir juste, parce que sinon Sawyer n'allait certainement pas l'apprécier. En plus elle venait de dire, d'une manière tout à fait explicite, que Kegan et elle avaient parlé de l'orientation sexuelle et des préférences de son ami. Effectivement elle doutait qu'il apprécie, le connaissant, même si elle doutait aussi qu'il s'en plaigne clairement.
Se rappelant de leur petit jeu de la vérité dans la voiture, un grand sourire éclaira le visage de Sio.

- Aller promis, si tu réponds, je réponds à n'importe quelle question après !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sawyer T. Davis



Messages : 105
Date d'inscription : 18/05/2015

MessageSujet: Re: This is our life on holidays   Lun 18 Mai - 19:16

Il y eu un espèce de silence gênant après leur éclat de rire, que tu n’as pas partagé. Tu échange quand même un regard avec Axel qui, malgré la rigolade, semble être un peu incrédule. Tu te fais d’ailleurs la réflection qu’il est loin d’être le seul à l’être. Tu le vois qui s’apprête à ajouter quelque chose mais qui décide finalement de se taire en haussant les épaules. Il te fait ensuite signe et tu comprends qu’il a l’intention de te parler seul à seul lorsque vous aurez l’occasion de le faire. Du moins, si vous l’avez, évidemment. Tu ne sais pas trop de quoi il souhaite te parler, considérant qu’il est le plus discret du groupe. Peut-être qu’au final, il est juste mal à l’aise lorsqu’il y a plusieurs personnes mais qu’il ne peut pas s’empêcher de parler quand il a une ou deux personnes seulement. Un peu comme toi, au fond ! Tu fermes les yeux et tu tournes un peu la tête pour éviter d’avoir Siobhan dans ton champs de vision si jamais tu les ouvres, en faisant de ton mieux pour contrôler les frissons qui montent dans ton dos lorsque tu sens son souffle dans ton oreille.

Tu songes un instant à ce qu’elle vient de dire. Est-ce que ça te dérange que les gens croient que tu sois en couple avec elle ? Non, pas vraiment. Pourtant, ça te gêne un peu quand quelqu’un insinue que vous partagez ce genre de relation. Puis de toute façon, tu ne serais pas du genre à te vanter si tu avais une copine ni à le crier sur tous les toits mais tu n’aurais jamais honte de la personne avec qui tu sors. Après tout, si tu finis par être avec quelqu’un, ce sera bien parce que tu as des sentiments pour la personne et que tu l’aimes. Tu ne comprends pas vraiment les gens qui se mettent en couple mais qui ont honte de le dire. Personnellement, tu n’aimerais pas savoir que ton ou ta partenaire a honte d’être vu en public avec toi.

« Mais non… Si j’avais une copine, je ne dormirais pas avec toi. » Tu n’irais pas jusqu’à dire que ce serais comme la tromper, si tu en avais une, de dormir avec une autre fille qu’elle mais pour toi, c’est presque ça. Tu dois être d’un naturel un peu jaloux, au fond. Tu détestes que Kegan tourne autour de Siobhan parce qu’elle est pratiquement ta seule amie même si tu fais des efforts dernièrement pour entrer en contact avec plus de personnes. Tu ne veux pas qu’il prenne ta place alors tu n’oses même pas imaginer ce que ça te ferais si ta copine décidait de dormir bien collée avec un autre type que toi. Si tu avais été en train de boire, tu te serais probablement étouffé en entendant la suite de la conversation qui commence à te mettre vachement mal à l’aise. Est-ce que ça t’étonne que ce crétin ait pu insinuer quelque chose comme ça à ton propos ? Non, pas vraiment. On dirais vraiment qu’il essaie de te dénigrer ou quelque chose du genre. Pas que ce soit une mauvaise chose d’aimer les garçons, évidemment, mais c’est un peu bizarre de la part d’un type qui est soudainement toujours collé aux baskets de la rouquine d’aller lui dire que l’autre garçon avec qui elle traîne est peut-être gay. Comme s’il essayait de t’éliminer d’une compétition quelconque pour prendre la place.

Tu te contentes de grogner un peu pour manifester ton mécontentement. Non mais vraiment, ils auraient pu choisir un autre sujet de conversation que tes préférences sexuelles. D’ailleurs, tu es maintenant curieux. Pourquoi est-ce que ta personne est venue sur le sujet ? De quoi est-ce qu’ils ont parlé ? Et surtout, pourquoi avoir parlé de ce genre de trucs ? Tu avais l’intention de ne pas répondre, pour ne pas confirmer ses doutes, mais voilà qu’elle te presse de lui en parler. Tu n’ouvres toujours pas les yeux et tu essaies d’avoir l’air détaché. « Un homme ou une femme… Ça reste un être humain. L’enveloppe est loin d’être importante, c’est l’intérieur qui compte. » Tu te racles la gorge et tu te tournes un peu de côté, sans la lâcher toutefois, pour te décoller un peu. Tu es légèrement mal à l’aise mais tu fais de ton mieux pour prendre le sujet de façon décontractée sans pour autant avouer clairement que tes préférences sont effectivement plus larges. « Je ne pense pas avoir à te renvoyer la question, personnellement. » Et sur ce, tu décides de garder le silence. Du moins, pour le moment. Tu voudrais pouvoir te reposer un peu avant que ton tour de garde arrive et c’est ta meilleure technique pour faire comprendre que de ton côté, la conversation est terminée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Siobhán A. O'Cahir
Admin


Messages : 115
Date d'inscription : 18/05/2015

MessageSujet: Re: This is our life on holidays   Mar 19 Mai - 12:35

Il ne dormirait pas avec elle s'il avait une copine. C'était tout à fait logique, et même Siobhán qui était d'une nature aussi tactile que sans-gêne ne dormirait pas avec un autre garçon si elle avait un copain. Cet aspect lui avait juste échappé le temps de sa question: elle parlait souvent avant de réfléchir. C'était son grand défaut.
Forte de cette constatation du célibat de son ami, Siobhán ne se fit pas prier pour embrayer sur la possibilité que cette absence de petite amie soit le signe d'un petit ami. Quel mal à dormir avec une fille lorsque l'on sort avec un garçon ? Et surtout, la vraie question que se posait la rouquine: Kegan avait-il une chance ?
En tout cas, Sawyer manifesta son mécontentement par une espèce de grognement qui força Siobhán à insister. La réponse l'intéressait bien trop pour qu'elle décide de laisser tomber, et on ne la reconnaîtrait plus si elle ne faisait pas preuve de sa détermination.
Son ami en tout cas avait l'air de mal prendre toutes ses interrogations, puisqu'il choisissait de s'éloigner d'elle, et il fallait bien avouer que Sio ne savait pas comment réagir face à cela. Elle desserra son étreinte autour de lui, pour le laisser tranquille s'il ne voulait plus rester près d'elle. Agitée, elle se mit à tortiller ses mains sous la couette à la vitesse surhumaine dont elle était capable. Elle n'aimait pas ces malaises. Ces moments où elle se demandait si son ami lui faisait la tête, si elle avait vraiment dit quelque chose de mal. Vu l'enthousiasme dont il faisait preuve, la surveillante comprenait bien qu'il ne souhaitait pas continuer cette discussion, mais elle ne parvenait pas à s'endormir. Habituellement, elle aurait fixé le plafond en caressant Aslinn et en devisant avec elle en Irlandais. Ici ce n'était malheureusement pas possible. Le temps passait trop lentement à son goût, et qu'elle tourne son regard vers Sawyer ou vers Axel elle ne trouvait que des yeux clos. Au bout d'un long moment, elle n'y tint plus et se releva, attrapa son fusil et se rapprocha de Dan.

- Je peux ? J'arrive pas à dormir de toute façon.

- Ouais ouais ! Bah, tu devrais plutôt prendre la place de Jonathan, je crois qu'il s'endort.


Siobhán n'était pas étonnée, mais plutôt déçue. Si on ne pouvait même pas compter sur ceux qui se portaient volontaires ! La rouquine se rapprocha alors de l'homme le moins apprécié du groupe. Il avait les yeux mi-clos et semblait plus concentré sur ses pieds que sur les alentours. A l'arrivée de Sio il semblait vraiment soulagé, même si ça ne faisait qu'une heure à peine qu'il était chargé de la surveillance. Silencieusement, ils échangèrent de position, et Jonathan partit s'allonger dans un coin de la bâche.
La surveillante s'installa, prête à tirer sur n'importe quoi qui se présenterait à elle. Dan semblait tout aussi concentré, et ce silence là était beaucoup moins gênant que ce qu'elle avait ressenti avec Sawyer.
Quatre longues heures s'écoulèrent ainsi, dans le silence le plus total. Aucun ennemi, aucune parole entre les deux gardes. Ils auraient sans doute pu parler sans prendre de risques, mais ils n'avaient tout simplement rien à se dire. Et même si Siobhán aurait pu lancer une discussion tout à fait facilement, elle craignait un peu de déranger son camarade. On entendait uniquement des bruits d'animaux, que Sio se serait certainement amusée à reconnaître si elle ne devait pas se concentrer. Et elle commençait à se sentir fatiguée.
D'un rapide échange de regards avec Dan, ils décidèrent unanimement de réveiller Sawyer et Axel pour prendre la relève.
Alors que Dan se rapprochait du plus discret des membres de la bande, l'archère s'assit à côté de Sawyer. Elle entreprit de le secouer doucement par l'épaule.

- Sawyer ? Tu veux bien prendre la relève ?


Elle espérait qu'il se sentait en forme, et qu'il serait d'accord, parce que la fatigue se faisait vraiment ressentir à présent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sawyer T. Davis



Messages : 105
Date d'inscription : 18/05/2015

MessageSujet: Re: This is our life on holidays   Mar 19 Mai - 17:29

Tout devient silencieux et après un moment, malgré l’inconfort total de votre lit de fortune, tu finis par t’endormir. Tu dois être fatigué pour arriver à t’endormir à même le sol, sur une bâche, alors que si tu pouvais traîner un objet avec toi partout, ce serais bien entendu ton lit. Tu ne remarques pas vraiment lorsque Siobhan se relève jusqu’à ce que celle-ci se mette à te secouer un peu. Tu te redresses automatiquement, même si tu es encore endormis, et tu à le réflexe d’enlever tes lunettes. À force de dormir dessus, tu as une trace autour des yeux et tu sens que ton crâne est un peu compressé. Tu les remets rapidement, après t’être nettoyé les yeux pour essayer de voir un peu plus clair. De toute façon, il fait déjà noir alors ça ne change pas grand chose. Tu as beaucoup de mal à te réveiller, toutefois, un peu comme si tu avais pris un coup la veille et que tu ne t’en étais pas encore remis. Tu restes assis un petit moment, le front soutenu par la paume de ta main, et tu te mets finalement sur tes deux jambes.

Tu t’étires un peu en faisant craquer tes os car il faut se le dire, ton sommeil n’a pas été très réparateur vu les circonstances et tu as déjà un peu mal dans le dos. Tu t’armes bien comme il faut sans dire un mot puis tu réalises finalement que tu t’es endormis dans un silence total, ce qui n’est pas exactement commun venant de Siobhan. Sans trop y penser, tu lèves une main en passant près d’elle et tu la poses sur sa tête en ébouriffant un peu ses cheveux roux. « Vas te reposer. » Tu bailles un coup et tu clignes des yeux pour t’habituer à la noirceur. Honnêtement, tu doutes que l’autre groupe tente quoi que ce soit, considérant que vous n’allumez même pas ne serais-ce qu’une lampe de poche. Ce serais donc difficile de déterminer votre position.

Dan décida de rester debout jusqu’au prochain tour, pour éviter d’avoir à dormir avec Jonathan, et se posta à l’autre extrémité du camps. De votre côté, Axel et toi décidez de changer d’endroit pour faire une rotation. Vous vous éloignez un peu plus du camps pour pouvoir entendre si quelque chose se passe dans la forêt et vous décidez de vous installer sur des troncs d’arbre. « Bon, on va pouvoir discuter un peu. » Axel ne parle pas très fort, juste assez pour que tu puisses l’entendre. Tu tournes la tête vers lui et même s’il fait noir, tu arrives à discerner son visage. « Hum oui, j’ai cru comprendre que tu voulais me parler de quelque chose... » Tu es un peu surpris lorsqu’il te demande si tu es attiré par Siobhan. « Pourquoi cette question, est-ce qu’elle t’ntéresse ? Si oui je suis désolé, je n’aurais pas dormis avec elle devant toi si j’avais su… » Il lève une main et la secoue pour que tu arrêtes de parler. « Non pas du tout, j’ai une copine. Non c’est surtout parce que… Siobhan est une fille simple, elle ne se casse pas la tête et du coup, je pense qu’elle traite tous ses amis de la même façon. » Tu hausses un sourcil et ne réponds pas.

« Je veux dire qu’elle est très tactile. Pour moi, une fille qui dort dans les bras d’un homme qu’elle considère seulement son ami, c’est bizarre… Mais on dirais que ce n’est pas son cas. » Tu réfléchis un instant. C’est vrai que tu trouves ce comportement un peu singulier, considérant la gêne que ça occasionne chez toi chaque fois qu’elle se rapproche de toi comme ça. Tu te demandes parfois ce que tu devrais en penser mais maintenant qu’Axel confirme qu’elle est comme ça avec tout le monde, tu te fis que tu ne dois pas être si spécial que ça. « Je sais que ça ne me regarde pas, mais j’ai eu l’impression que tu l’aimais bien. Et je te trouve sympa Sawyer, je ne voudrais pas que ça te fasse du mal parce que sa façon d’agir te donne de l’espoir. » Encore une fois, tu gardes le silence. C’est dans ta nature. Quand tu n’as rien à dire, tu n’essaies pas de sauver la conversation et généralement, tu ne ressens pas le malaise.

Au bout d’un moment, toutefois, tu te dis que tu devrais dire quelque chose. « Hum… Merci de m’en avoir parlé. Mais ne t’en fais pas. Siobhan est une bonne amie et je tiens à elle, c’est tout. Dans des conditions comme celles-là, c’est normal que je sois porté à la protéger… non ? » Tu entends Axel qui rigole un peu alors qu’il sort sa bouteille d’eau pour boire quelques gorgées. Il te tend ensuite la bouteille et tu hésites un instant avant de finalement la prendre. Tu penses que partager avec lui est correct. Peut-être que vous pourriez même être amis, une fois à l’extérieur. « Ma copine était une bonne amie aussi au départ, tu sais. Et plus le temps avançait, plus je voulais la protéger. Et la suite bah, inutile de faire un dessin ! » Il mets sa main sur ton épaule et la secoue un peu. Essaie-t-il d’insinuer que tu es en train de tomber amoureux d’elle sans t’en rendre compte ? Tu avales l’eau sans rien dire en songeant que tu ne pense pas être capable d’aimer quelqu’un. Et de toute façon, qu’elle ne serait pas intéressée par quelqu’un comme toi.

Au bout d’un long moment, tu proposes à Axel de voir si les autres peuvent se lever pour profiter de la noirceur de la nuit pour faire un peu de repérage en forêt. Après tout, ce n’est pas parce que l’autre équipe ne le fait pas que ça dois être la même chose pour vous ! Il n’y a pas de trêve, même la nuit. Vous retournez à votre petit campement et vous réveillez les autres, qui ont eu quelques heures de sommeil. « Je pense que ce serais une bonne idée d’aller faire du repérage et de se laisser une piste subtile pour revenir. Je pense que l’autre équipe a peut-être fait la même chose et qu’ils ont assumé que nous n’allions pas les attaquer. Ce serais une opportunité pour nous de peut-être trouver leur camps en avance. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Siobhán A. O'Cahir
Admin


Messages : 115
Date d'inscription : 18/05/2015

MessageSujet: Re: This is our life on holidays   Mer 20 Mai - 7:47

Siobhán observa Sawyer se réveiller, enlever puis remettre ses lunettes, s'étirer doucement et même se lever. Elle était contente qu'il veuille bien prendre la relève, parce qu'elle était vraiment fatiguée désormais, et que comme ça elle n'aurait pas à supporter un autre malaise en se couchant près de lui. D'un geste lent - du moins pour elle - Sio passa une main sur son visage, grimaçant en appuyant sur l'impact de la bille au niveau de sa joue. La main de Sawyer ébouriffant ses cheveux déjà désordonnés lui fit lever la tête avec un grand sourire. C'était la première fois qu'il semblait aussi à l'aise en la touchant, à part peut-être la fois où il lui avait pris la main dans la bibliothèque. Et ça faisait plaisir à Siobhán, même si elle ne cherchait pas vraiment à savoir pourquoi.
Suivant son conseil de prendre du repos, elle s'installa sous la couverture et tenta plusieurs positions. D'abord allongée sur le dos, puis sur le ventre, elle finit par s'endormir dans une position improbable, emmitouflée dans la couverture, et si vite qu'elle n'entendit même pas Dan repartir.
Lorsqu'elle sentit une main sur son épaule, la rouquine sursauta, attrapa son pistolet qu'elle avait déposé non loin, prête à tirer. Mais ce n'était qu'Axel, et le premier réflexe de la jeune femme en s'en rendant compte fut de se laisser tomber en arrière comme si elle voulait se rendormir.

- Tu m'as fait peur !


A présent très bien réveillée, la surveillante se releva rapidement, et prit ses affaires en écoutant Sawyer. Son idée était plutôt bonne, même si d'après Siobhán elle était plutôt classique. Elle se garda bien cependant de lui faire de remarque à ce sujet, parce que ça serait l'occasion de découvrir sans doute un nouveau coin de forêt.

- On devrait peut-être démonter le camp ? Je veux dire, ça sert à rien de laisser ça là si on part tous.


A quoi bon laisser des traces de leur passage ? Si l'ennemi utilisait la même idée et trouvait ce camp vide ils risquaient plutôt de les y attendre, et ce serait une mauvaise idée pour eux de leur laisser cette opportunité.

- Et puis, personnellement j'ai bien envie d'un petit déjeuner avant de partir.


Siobhán, c'était un peu le ventre sur pattes de leur équipe: toujours là pour rappeler les horaires des repas. A vrai dire, elle était certainement capable d'indiquer l'heure qu'il était rien qu'en se fiant à son estomac, ce qui était un talent aussi inutile que ridicule.
Après avoir reçu un avis favorable de Dan et de Jonathan, Sio considéra que la majorité avait parlé et sortit à manger de son sac. Vite imitée par les autres, elle ne prit cependant pas le temps de s'asseoir. Replaçant alors correctement ses lunettes qui commençaient à être un peu douloureuses, elle décida de se lancer dans une petite inspection de matériel. D'un air expert, elle entreprit de vérifier que ses armes étaient en parfait état et chargées, avant de vérifier que son sac n'était pas abîmé et de se considérer prête à partir.

- Vous avez des pistes sur l'endroit où ils ont pu s'installer ? Vous avez repéré des endroits sympa pour un camp hier ? Il faut aussi considérer qu'ils ont pu s'installer dans " notre" camp, puisque plusieurs d'entre eux étaient bloqués là bas. Je pense que c'est le premier endroit à surveiller.


Puis, Siobhán se tourna vers son ami.

- Et ta cheville, c'est bon ?

Lorsqu'ils s'étaient arrêtés pour manger elle avait bien vu qu'il se l'était massée, et elle espérait que le repos qu'il avait eu l'avait remis sur pieds. Littéralement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sawyer T. Davis



Messages : 105
Date d'inscription : 18/05/2015

MessageSujet: Re: This is our life on holidays   Dim 24 Mai - 21:29

Tu ne dis rien et tu évites de mentionner que tu n’avais pas prévu que toute l’équipe parte en mission. Après tout, Siobhan et Jonathan n’ont fait qu’une heure de surveillance alors qu’Axel et toi avez passé toutes ces heures debout, sans parler de Dan qui n’a pas prit de pause. Tu pensais plutôt aller en éclaireur et retourner au camps pour te reposer. Disons que ta petite heure de sommeil commence à se faire sentir même si tu es encore en forme. Tu trouves un peu injuste que Jonathan ait pu dormir tout ce temps alors qu’il a passé une partie de l’après-midi à ne rien faire du tout et attendre mais tu te dis que ta fatigue doit jouer sur ton humeur. Il fait encore nuit et le jour ne risque pas de se lever avant un moment mais tu ne dis pas non pour manger vu le creux dans ton estomac. Tu avales rapidement ton goûter, vu ton appétit, avant de ranger tes choses en t’assurant de ne rien oublier.

« Oui, on pourrais aller faire un tour du côté du camps, ça ne m’étonnerait pas trop. » Tu n’es pas très souriant mais à vrai dire, tu es plutôt fatigué. C’est sympa comme activité et tu te sens à ta place, pour une des rares fois dans ta vie, mais tu sais que d’ici quelques heures, tu risques d’être complètement épuisé. Tu jettes un coup d’oeil à Siobhan avant d’aller aider Dan à enlever et ranger les toiles. « Hum ? Ah oui, c’est bon. » La vérité, c’est que tu as encore mal quand tu mets du poids sur ta jambe et tu as hâte de pouvoir enlever tes bottes qui montent en haut de tes chevilles, luxe que tu n’as pas pu te permettre. Imagine que tu te sois fais attaquer alors que tu étais nus pieds ! Tu n’aurais eu que deux options : prendre le temps d’enfiler tes bottes et risquer de te faire tirer dessus ou te mettre à courir avec seulement tes bas comme protection.

Avec l’aide du reste de l’équipe, vous démontez rapidement votre petit camps de fortune et en quelques minutes, tout le monde porte son matériel sur son dos. Quelque chose te tombe sur le visage et tu lèves la tête, même si tu ne vois pas grand chose. Avant d’enfiler tes gants, tu t’essuies pour réaliser que ce n’était qu’une goutte d’eau. « Ah… Il commence à pleuvoir. » Ça risque de rendre l’expérience un peu plus difficile et surtout, encore plus inconfortable. Au moins, grâce à vos lunettes, vous ne serez pas trop aveuglés par la pluie s’il continue de pleuvoir après le levé du soleil. « Bon, on devrais se mettre en marche ! » Tu laisses les autres ouvrir la marche puisque tu n’es pas celui qui s’oriente le mieux mais c’est surtout car comme ça, tu peux plus facilement cacher que tu as encore mal à la cheville. Axel te rejoint rapidement en baillant, car il doit être aussi fatigué que toi. Il s’approche de toi pour te parler de façon à ce que personne d’autre n’entende. « On devrais essayer de perdre Jonathan, encore une fois… De toute façon, en plus d’avoir passé tout l’après-midi à ne rien faire, il a seulement dormit, même durant sa petite heure de surveillance ! » Vous vous mettez à rigoler derrière les autres jusqu’à ce que Dan se retourne pour vous demander ce qu’il se passe, curieux. « Oh, rien ! »

Vous vous jetez un coup d’oeil complice et continuez à marcher en silence. C’est bien la première fois que tu te fais un ami aussi facilement et surtout, aussi rapidement ! En même temps, tu n’as pas trop eu le choix de communiquer avec lui. À l’école, tu as généralement une carapace et tu fais de ton mieux pour avoir l’air le plus invisible possible. Les gens ne sont donc pas portés à venir vers toi et vice versa. Tu as l’impression qu’Axel ne doit pas être du genre à vouloir devenir la coqueluche de la classe, lui non plus, et que vous vous comprenez un peu. Au bout d’un moment, vous croisez la rivière et tu passes rapidement pour t’assurer que votre drapeau est bel et bien là. Rien à signaler de ce côté. Au loin, tu aperçois une lueur. « Est-ce qu’ils ont vraiment fait un feu…? » La lumière est en direction du campement et tu assumes que Siobhan avait donc raison. « Ils doivent être restés là et ils ont allumé un feu pour pouvoir voir autour d’eux si jamais quelqu’un arrive… Mais dans pas très longtemps, il risque de pleuvoir très fort. Leur feu ne va pas survivre. » Tu réfléchis un moment. « Selon moi, ils doivent avoir caché leur drapeau quelque part près de leur propre camps… et comme ils nous ont prit par surprise, nous n’avons pas eu le temps encore d’aller dans la direction opposée et ils restent ici pour bloquer le chemin… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Siobhán A. O'Cahir
Admin


Messages : 115
Date d'inscription : 18/05/2015

MessageSujet: Re: This is our life on holidays   Lun 25 Mai - 4:38

Sawyer avait répondu qu'il n'avait plus mal, et comme quasiment à chaque fois Sio le crut sur parole. Pourquoi son ami lui mentirait-il ? Ce ne serait pas très malin, surtout qu'ils auraient eu largement le temps de jeter un coup d'oeil à sa cheville et de le laisser se reposer encore un petit peu.
Après avoir démonté rapidement le camp, ils se mirent en marche sous la pluie naissante. Dan et Siobhán ouvraient la marche, suivis par Jonathan qui se forçait à peine à soulever son arme. Sio l'aimait de moins en moins: il était aussi désagréable qu'inutile, et elle était persuadée que son avis était partagé par la majorité. Au bout d'un moment, elle entendit des éclats de rires et tourna vivement la tête vers l'arrière, tout ça pour voir Sawyer et Axel s'amuser en répondant à Dan qu'il ne se passait rien. La rouquine sourit. C'était la première fois qu'elle voyait son ami s'amuser avec quelqu'un d'autre, et ça la confortait dans l'idée qu'elle avait eu raison de l'amener ici. En plus, Axel avait l'air d'être un type bien, et son caractère rappelait celui de Sawyer. Sio ne savait pas quel âge il avait, mais en tout cas elle espérait qu'ils garderaient contact tous les deux à l'extérieur.
Après un certain temps de marche ils atteignirent la rivière où était caché leur drapeau. Sawyer prit l'initiative de vérifier sa position - toujours identique - et c'est à ce moment là que le petit groupe put apercevoir une lueur au loin, vers le camp.

- Ce serait étonnant mais ça y ressemble.


L'analyse de Sawyer semblait assez pertinente, à part qu'ils avaient largement la possibilité de contourner le camp pour continuer leur route, et donc que se placer là pour bloquer le passage n'était pas le summum de la bonne idée. Seulement le feu intrigait vraiment l'archère: leurs adversaires avaient usé d'une tactique irréprochable depuis le début du jeu, et ils se trahiraient ainsi ? Certaines armes étaient munies de viseurs permettant de tirer de nuit, et eux ils feraient un feu ? C'était trop louche.

- Attendez, je vais essayer de voir quelque chose !


Pleine d'enthousiasme bien que fatiguée, Siobhán déposa son sac par terre puisqu'il était trop encombrant pour ce qu'elle avait en tête. Elle se dirigea ensuite vers un arbre à l'air bien solide et à peu près bien éclairé par la lumière de la lune. Avec des gestes assurés, elle se hissa en hauteur sans problèmes même si son arme la gênait parfois, et elle put enfin avoir une vue intéressante.
Le camp semblait désert. Le feu était situé à la bordure du camp, c'est à dire qu'il était totalement inutile pour ceux qui s'y trouvaient. Ça ressemblait curieusement à un appât.
Siobhán attrapa son fusil de sniper, la seule de ses armes avec un viseur lui permettant de voir quelque chose en pleine nuit, mais elle n'aperçut aucune silhouette.
Prenant son temps pour ne pas se faire mal, elle redescendit assez rapidement tout de même jusqu'à la plus basse branche, où elle s'amusa à se pencher en arrière et se retenir uniquement par les genoux comme une chauve-souris.

- C'est bizarre. Le feu est en bordure du camp, et vers nous: je pense que c'est pour nous attirer. En plus, j'ai vu personne autour, je crois qu'ils doivent être dans la forêt autour, pour un genre d'embuscade. On devrait contourner le camp si on veut pas prendre de risques.


Siobhán n'eut aucun mal à descendre, tellement habituée depuis qu'elle était petite à jouer dans les arbres, et guetta alors les réactions de ses camarades tout en récupérant son sac. Cette partie était vraiment intéressante, comparée à certaines où la rouquine avait joué et où la stratégie principale consistait à se cacher en haut d'un arbre et attendre que quelqu'un passe en dessous pour lui tirer dessus.

- Allez, on l'aura ce drapeau ! Ça va, toujours motivés ?


La surveillante affichait un grand sourire malgré ses cernes, et on sentait bien que la situation et la fatigue étaient bien loin d'influencer sur son humeur. Cependant elle avait bien conscience que ce n'était pas que le cas de tout le monde et qu'il faudrait certainement remotiver un peu les troupes. Jonathan ne se donna même pas la peine de répondre, tandis que Dan se força à sourire d'un air amical tout en hochant positivement la tête.

- Parce que bon... Si jamais c'est vraiment une embuscade, on ferait mieux d'essayer de courir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sawyer T. Davis



Messages : 105
Date d'inscription : 18/05/2015

MessageSujet: Re: This is our life on holidays   Lun 1 Juin - 17:52

Tu lèves une main devant tes yeux alors que Siobhan débute son acension de l’arbre avant de te rappeler que tu as des lunettes pour protéger ta vision des gouttes de pluie de toute façon et tu fais mine de les essuyer avec ta manche pour dissimuler cette action inutile. Tu as le réflexe d’avancer un peu vers l’avant lorsqu’elle redescend et que tu la vois tomber par derrière mais tu te fais la réflexion qu’une fille comme elle ne se casserait probablement pas la gueule comme ça. Tes doutes sont confirmés alors qu’elle se balance comme se de rien n’était et tu esquisses un sourire. Après tout, elle a mentionné par le passé qu’elle n’avait pas besoin d’être protégée. Au moins, tu espères que tes performances du weekend vont lui prouver que si jamais elle a besoin d’aide, tu es certainement capable de prendre le rôle et de prendre les choses en charge.

« Oui tu as probablement raison, ce serais un peu stupide de faire un feu aussi visible si ce n’est même pas pour l’utiliser. » Tu lèves un pouce en l’air pour approuver le plan en te demandant si c’est possible de le voir. Tu sens que l’énergie qui était présente au sein du groupe au début de la partie commence à s’affaiblir. Tu te demandes pourquoi Jonathan participe à ce genre d’activité car ça ne semble pas du tout être sa tasse de thé. Tu grinces un peu des dents, toutefois, lorsque tu comprends que vous allez devoir courir. Tu as l’impression que plus tu marches sur ta cheville déjà douloureuse, plus la situation empire. Tu sais aussi que la meilleure chose à faire dans une situation comme celle-là est d’éviter le plus possible de bouger ta cheville pour lui laisser le temps de guérir, mais c’est assez difficile à faire dans une partie d’airsoft. Tu crains qu’ils ne veuillent arrêter la partie si tu leur dis que tu as mal donc tu t’abstiens de le mentionner et tu te contente tout simplement de ne rien dire.

Vous vous mettez d’accord sur le plan et vous commencez par marcher pour ne pas attirer l’attention. La pluie se met à tomber de plus en plus fort et au moins, elle couvre un peu le bruit de vos pas. Tu suis le groupe en restant en retrait derrière, faisant mine de protéger les arrières de tout le monde. Au bout d’un moment, vous parvenez à contourner le camps sans embûche, mais des éclats de voix se font entendre et tu t’arrêtes subitement. Apparemment, les membres de l’autre équipe ne sont pas bien loin et ils ont l’air de ne pas s’entendre sur quelque chose. Ou alors, ils sont frustrés à cause de la pluie qui commence à éteindre leur petit feu. Vous continuez de marcher lorsque Jonathan lâche un gros juron après avoir marché dans une flaque de boue. Tu arrêtes une nouvelle fois, mais c’est trop tard : l’autre équipe vient de vous repérer et la pluie n’était pas suffisante pour couvrir la voix beaucoup trop forte de votre coéquipier.

Dan donne alors le signal et vous vous mettez à courir mais tu réalises rapidement que tu as du mal à suivre le rythme du groupe et que tu prends du retard. Tu entends un coup de feu loin derrière toi et même si tu doutes qu’ils te voient pour le moment, tu sais qu’ils vont te rejoindre beaucoup plus vite. C’est à ce moment que tu fais un faux mouvement et que tu sens la douleur monter en vague de ton talon jusqu’à ton genou. Tu dois t’arrêter car tu sais maintenant que c’est impossible pour toi de suivre la cadence et que tu vas te faire coincer, surtout que les coups de feu se rapprochent de toi. Tu décides de tenter quelque chose d’un peu débile et tu te lances vers un endroit ou le terrain descend un peu en t’écrasant dans la boue et les feuilles. Tu essaies d’ignorer la douleur et tu sors ton arme pour viser à même le sol en attendant que l’équipe adverse passe devant toi pour essayer d’au moins toucher une ou deux personnes. Heureusement, tu vises mieux dans le noir, merci au fusil ! Ils finissent par passer devant toi sans te voir et tu en profites pour tirer lorsqu’ils sont plus loin. Tu attends un moment puis tu entends une voix. Tu crois que tu as touché quelqu’un !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Siobhán A. O'Cahir
Admin


Messages : 115
Date d'inscription : 18/05/2015

MessageSujet: Re: This is our life on holidays   Mar 2 Juin - 16:29

Tout le monde semblait d'accord avec son analyse de la situation, et ça lui faisait plaisir. Siobhán était heureuse d'avoir pu se rendre utile pour son équipe - comme si elle avait besoin de faire ses preuves à ce niveau ! - et prit donc la tête de leur petite expédition. Ça lui paraissait évident, étant donné que c'était elle qui avait vu la disposition des lieux.
La pluie, bien que désagréable, n'entravait pas vraiment leur progression et Siobhán avait l'habitude. En Irlande elle avait joué des parties sous des conditions climatiques bien plus gênantes, et ce n'était pas un peu de pluie qui allait la déranger. La rouquine n'était pas le genre de fille à se soucier de sa coiffure ou de son maquillage, de toute façon.
Un bruit soudain se fit entendre, et la surveillante tourna brusquement la tête vers la droite en pointant son fusil vers les buissons. Elle avait toujours eu de très bons réflexes, il fallait bien avouer que ce n'était pas très étonnant de sa part, et si la moindre chouette avait bougé dans l'arbre elle aurait sans aucun doute été touchée. Seulement il ne s'agissait que de petites voix qui semblaient se disputer sans que la rouquine ne parvienne à en deviner le motif. Ils reprirent donc la route, toujours sous la pluie, s'éloignant du camp. Ça soulageait l'Irlandaise de se savoir plus loin de ses adversaires - elle avait pensé ennemis mais s'était reprise, c'était un peu trop fort.
Au bout d'un moment, un autre bruit attira son attention: c'était Jonathan. Tous retinrent leurs souffles en espérant que la pluie masquerait son juron peu élégants, mais ce ne fut pas le cas. Alors que Sio regardait autour d'elle rapidement pour essayer de comprendre par où ils allaient se faire attaquer exactement, Dan donna le signal d'une voix forte et ils se mirent tous à courir dans un même mouvement.
Siobhán ne pensait plus à rien, à part à éviter les obstacles qu'elle apercevait à peine sur son chemin. Une branche lui griffa la joue à l'endroit où elle s'était déjà faite toucher par une bille, mais elle était tellement concentrée sur l'action en cours qu'elle ne sentit rien immédiatement.
Une fois sûrs et certains d'avoir semé leurs adversaires, toute l'équipe s'arrêta. Quelques mètres à peine les séparaient les uns les autres, puisqu'ils avaient à peu près réussi à courir dans la même direction grâce aux bruits de leur pas. Ils se rapprochèrent tous de la rouquine, il fallait maintenant savoir ce qu'ils faisaient.

- Bon, on est tous là, allons-nous-en d'ici avant qu'ils rappliquent !
Râla Jonathan qui n'avait visiblement aucune envie que la partie s'éternise sous la pluie.
- Il manque Sawyer.


Au moment où Siobhán disait cela, un bruit de coup de feu retentit au loin, suivit par une voix. La rouquine était sûre qu'il se passait quelque chose là bas et comptait bien en avoir le coeur net.

- Je vais le chercher.

- Mais t'es dingue ! Il fait nuit, ils vont te tomber dessus hyper facilement ! On devrait attendre demain.

- Et si c'est lui qui vient de se faire toucher ? Il va pas attendre demain sans bouger sous la pluie, quand même ! On peut pas toujours attendre, Axel.


Le garçon la regarda bizarrement, et ça surveillante réprima l'envie de lui répondre par une grimace. Sa décision était prise, et même si elle devait l'assumer seule elle n'en changerait pas. Sawyer était venu la chercher avec Dan un peu plus tôt, elle ferait pareil.
D'un pas déterminé, fusil à la main, elle fit demi-tour sans se soucier le moins du monde de savoir où allaient les autres ou ce qu'ils feraient.
La rouquine n'eut aucun mal à retrouver le chemin qu'ils avaient emprunté: c'était toujours tout droit. Au fur et à mesure de sa progression, elle se montrait de plus en plus prudente, faisant attention au moindre de ses gestes. Elle commençait à sentir l'entaille de sa joue, mais même si c'était désagréable ce n'était vraiment pas grave. Ce qui était plus grave, c'était qu'elle ne retrouvait pas de trace de son ami. Forcée de constater qu'il avait pris une autre route, la rouquine commença à se déplacer en cercle autour de la zone la plus probable. Et alors qu'elle se cachait derrière un buisson, elle vit un pied.
Juste devant elle, il y avait quelqu'un d'allongé, très bien caché mais trahi par son pied qui dépassait. Sawyer ? La rouquine n'avait aucun moyen de le savoir, d'autant que l'obscurité l'empêchait de se baser sur la couleur de la chaussure. Tant pis. En rampant - puisqu'elle entendait des bruits de voix toutes proches- elle alla se placer à côté de l'inconnu en priant pour ce soit son camarade. Ses vêtements étaient maintenant humides et tachés de boue.

- Si tu abandonnes un ami à l'entraînement, tu l'abandonnes sur le champ de bataille,
murmura Siobhán à son oreille avec un clin d'oeil rendu invisible par de multiples facteurs.

La rouquine plaça son fusil de telle sorte à pouvoir tirer si une cible se présentait, mais les voix étaient encore trop lointaines.

- Ne me demande pas ce que font les autres, j'en sais rien. Je suis juste venue te chercher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sawyer T. Davis



Messages : 105
Date d'inscription : 18/05/2015

MessageSujet: Re: This is our life on holidays   Mer 3 Juin - 14:46

Tu ne vois pas grand chose avec la pluie qui te tombe dessus et les feuilles qui te cachent dans la petite pente, mais tu es convaincu que tu as touché un membre de l’équipe adverse car tu entends des éclats de voix. Tu sais que ça ne sert pas à grand chose, considérant que les autres ont juste à rebrousser chemin et toucher la personne pour lui permettre de revenir en jeu mais au moins, ça les aura ralentis un peu. Tu espères qu’ils ne vont pas penser à venir chercher dans ta direction car vu ta cheville qui pulse dans ta botte, tu doutes de réussir à t’enfuir. Tu entends du mouvement pas très loin et tu décides de ne pas bouger en espérant passer inaperçu mais tu finis par sentir quelque chose s’écraser contre toi. Certainement pas quelqu’un de l’autre équipe car même si tu penses que tu es bien caché, tu n’as pas non plus une cape d’invisibilité sur le dos. Tu réprimes un sourire en entendant la voix de Siobhan dans ton oreille. Tu es un peu soulagé que quelqu’un soit venu te chercher car vu ton état, tu aurais probablement passé le reste de la partie allongé par terre sous la pluie.

Tu ne te tournes pas pour essayer de la voir comme tu sais que c’est bien elle et tu continues de regarder dans ton viseur. Tu ignores si l’autre équipe est revenue chercher leur coéquipier et tu regardes un peu partout jusqu’à ce que tes yeux s’arrêtent sur une forme assise par terre. Tu penches un peu la tête vers ton amie pour ne pas avoir à parler trop fort en t’arrêtant à quelques millimètres de son visage. « Le type que j’ai touché est encore là-bas et il est toujours à porté de tir même si la pluie rend les choses plus difficiles. Personne ne sait qu’on est caché ici je crois bien alors il va falloir espérer que les autres vont venir le chercher. Et à ce moment là… On leur tire dessus. » C’est le meilleur plan qui te viens en tête. Comme ça, tu peux rester caché et tu n’as pas à courir. Tu espères que tu t’es seulement foulé la cheville mais quelque chose te dit que tu as probablement aggravé l’état de ta blessure avec toute cette course.

Tu prends une inspiration et tu plisses les yeux en essayant de penser à autre chose. Tu décides finalement d’entamer une petite conversation avec Siobhan puisque, de toute façon, personne ne peut vous entendre à mois d’être à trente centimètres de vos têtes. « Alors… Il est gentil Kegan ? » Tu prends conscience un quart de seconde trop tard de ce que tu viens de dire et tu roules les yeux derrière tes lunettes en te traitant mentalement d’imbécile. Évidemment, il fallait que tu ramènes le sujet sur la personne que tu n’es pas capable de supporter ces dernières semaines. « Je veux dire, tu vois, je ne lui ai pas vraiment parlé à cause de son pouvoir mais comme tu traînes souvent avec lui, je suppose qu’il doit être… cool. » Inutile de dire que le fond de ta pensée représente totalement le contraire de ce que tu viens de dire mais ce serais bizarre de demander s’il est gentil pour ensuite dire que peu importe si c’est le cas ou non, tu as une profonde aversion (inexpliquée d’ailleurs) pour sa personne. « Enfin, je suis juste un peu curieux de savoir il est comment à part le fait qu’il a des tatouages cools. » Parce qu’au final, elle ne t’a pas tellement dit grand chose de plus que ça. Puis aussi, tu ne vas certainement pas te l’avouer, mais tu aimerais bien savoir ce qu’il représente pour elle.

Tu ne quittes pas l’adversaire touché des yeux en maintenant ta position pour être prêt à tirer. Vous entendez toujours les voix au loin, mais plus de coups de feu. Tu as l’impression qu’ils reviennent dans votre direction. Vu la température, Dan, Axel et Jonathan doivent avoir réussit à se sauver, en espérant qu’ils aient prit la bonne direction pour trouver le campement de l’autre équipe. Tu ne serais pas trop étonné que le reste de l’équipe opposée ait décidé de revenir vers le camps pour prendre une pause et surtout, venir chercher leur coéquipier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Siobhán A. O'Cahir
Admin


Messages : 115
Date d'inscription : 18/05/2015

MessageSujet: Re: This is our life on holidays   Mer 3 Juin - 15:58

Sawyer n'avait pas bougé d'un millimètre lorsqu'elle était arrivée. Il regardait toujours fixement dans son viseur, et ne déplaça sa tête que pour parler à Sio quelques instants plus tard. Pour lui expliquer sa vision des choses, l'état de la situation... Ce genre de détails utiles pour qu'ils puissent s'entraider.

- Bonne idée.

Le silence s'installa peu. Après une longue inspiration que Siobhán entendit clairement - peut-être à cause de leur proximité- son ami se décida à lui poser une question sur... Kegan. Surprise totale.

- Si Kegan est gentil ? Sache que je ne traîne qu'avec des personnes gentilles, j'ai eu ma dose d'abrutis méchants !

Ce n'était pas dit sur un ton agressif, même s'il était vrai que ce genre de paroles pouvaient ressembler à un reproche. Cependant ce n'était pas le cas du tout: Siobhán préférait juste qu'on évite de lui poser une question aussi évidente, quoique c'était au moins le signe que Sawyer avait envie de discuter et peut-être même de se faire un nouvel ami.

- Franchement, j'espère vraiment que ça va aller mieux entre vous et que tu pourras l'approcher. Parce que tu sais, c'est vraiment un mec très cool - et je parle pas de ses tatouages ! Ça fait du bien de rencontrer des gens qui se prennent pas la tête, c'est une mentalité rare à New-York tu sais ? En plus, quand je suis allée chez lui, il a essayé de me faire partager sa culture c'était vachement bien ! Et puis, il m'a même appris un peu de géographie, et fait goûter des plats vraiment bons. C'est génial de découvrir d'autres trucs comme ça.

Siobhán n'avait jamais été une fille très cérébrale, à part lorsqu'il s'agissait de quelque chose d'applicable concrètement comme la stratégie ou le bricolage. Par contre, toutes les civilisations étrangères l'avaient toujours intéressée. Elle n'était pas du genre à lire des milliers de livres sur le sujet, mais vivre la rencontre avec des gens différents était quelque chose de très important pour elle.

- Chez lui, c'est comme une grande maison en pleine ville ! Et puis, la décoration... C'est juste magique. Bon, on a été un peu dérangés pendant notre soirée, mais c'était cool.

La rouquine choisit de ne pas parler de Shawn. Si Sawyer abordait le sujet elle savait qu'elle serait bien incapable de lui mentir, mais elle était loin de se dire que ce genre de détails pouvaient l'intéresser. En fait, elle était même loin d'imaginer ce qu'il pouvait entendre par soirée, et donc par dérangement. Pour elle il était si évident que leur relation était totalement platonique qu'elle ne jugeait pas utile de lever une quelconque ambiguïté.
Alors qu'elle allait embrayer et continuer son exposé plus ou moins méthodique de tout ce qui lui avait paru agréable en compagnie de Kegan, les mouvements des adversaires semblaient se rapprocher. Siobhán retint sa respiration, ils étaient tous proches mais des buissons empêchaient de leur tirer dessus de manière certaine... Il ne leur restait plus qu'à attendre. Et il resta une nouvelle question à la rouquine.

- Comment tu t'es retrouvé ici ? C'était pas du tout notre chemin...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sawyer T. Davis



Messages : 105
Date d'inscription : 18/05/2015

MessageSujet: Re: This is our life on holidays   Mer 3 Juin - 16:59

Tu empêches un rictus de franchir tes lèvres et tu fronces les sourcils pour te concentrer à rester sérieux. Pourquoi aurais-tu envie de te rapprocher de lui ? Il n’a pas une sale tête et tu ne crois pas qu’il ait une maladie contagieuse non plus, mais tu n’en as pas plus envie. Mais ça, Siobhan ne le sait pas. Ton pouvoir te cause bien plus souvent des problèmes qu’autre chose mais il possède au moins le bénéfice de te donner une excuse quand tu veux éviter des personnes en particulier ou même des endroits. Tu sais cependant que ton amie a de l’estime pour lui et qu’ils s’entendent bien et tu es persuadé qu’elle voudrait que vous deveniez amis pour que vous puissiez traîner tous les trois ensembles. Tu considères le tableau durant un instant alors qu’elle vante ses mérites, que tu écoutes seulement d’une oreille. D’un côté, tu n’as pas envie de devenir comme la roue de service, coincé entre deux personnes. Mais de l’autre, tu pourrais les surveiller et comme tu serais présent, tu ne passerais pas la soirée à te morfondre et te demander ce qu’ils peuvent bien être en train de faire.

Tu te retiens de dire que toi aussi, tu as une grande maison, au cas ou elle aurait oublié, que tu l’as maintenant pour toi tout seul et qu’elle aurait bien vu que la décoration est de bon goût si elle était venue y faire un tour mais tu te ravises finalement en te disant que tu aurais simplement l’air du matérialiste qui essaie de comparer ses possessions pour se trouver mieux que les autres. Il y a tout de même un détail qui bloque dans ta tête : ‘’on a été un peu dérangés pendant notre soirée’’. Jusqu’à ce jour, c’est la première fois que tu entends parler un peu plus en détail de ce soir là. Après les avoir vus revenir ensembles le lendemain matin, dans l’espèce de voiture de luxe de Kegan (d’ailleurs, comment peut-il se payer ça alors qu’il est surveillant, tu te le demandes), tu as automatiquement assumé qu’ils avaient passé la nuit ensembles et tu as catégoriquement refusé d’entendre parler de ce qu’ils avaient faits. Tu es un peu stupide et tu préfères te faire des scénarios dérangeants plutôt que savoir ce qui s’est vraiment passé.

Encore une fois, tu préfères ne pas t’aventurer plus loin sur le sujet et tu ignores cette partie en la laissant dans un coin de ton esprit. « Oui, ça pourrais être sympa de... se rapprocher. » Tu te racles la gorge en te replaçant un peu car tu dois l’avouer, tu n’es pas dans la position la plus confortable et tu as hâte de changer de vêtements car tu n’apprécies pas avoir de l’eau et de la boue jusque dans tes sous-vêtements. Puis en plus, tu es mal à l'aise, surtout de devoir mentir. « Je suis tombé. » C’est l’excuse la plus facile et tu sais qu’elle va te croire. « Alors j’ai décidé de ramper ici pour me cacher et tirer sur l’autre équipe pour les ralentir. » Justement, tu vois du mouvement au loin dans ton viseur et tu lâches un ‘’shhh’’ pour indiquer à Siobhan de rester silencieuse. Comme tu t’y attendais, ils sont venus chercher leur coéquipier, mais pas l’équipe au complet. Ils sont trois, incluant la personne touchée. Si vous parvenez à toucher les deux autres, vous aurez nettement l’avantage, même si tu ne peux pas trop participer. Tu attends d’avoir une personne dans ta ligne de tir et lorsque tu te sens prêt, tu tires sur la gâchette. Tu rates ton coup et tu tires encore jusqu’à ce que tu entendes un out. Il ne reste qu’une personne, mais tu la vois venir dans votre direction. « On va devoir sortir ou le tirer… ! » Tu pousses Siobhan sur le côté pour l’inciter à se lever mais tu réalises, en essayant de te lever aussi, que tu as beaucoup trop mal pour le faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: This is our life on holidays   Aujourd'hui à 21:55

Revenir en haut Aller en bas
 
This is our life on holidays
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le phénomène "second life"
» L projet life papillons
» Life - L'aventure de la vie
» "Un avatar sur Second Life consomme autant d'énergie qu'un brésilien moyen"
» LIVRE : Life after Doomsday, ou comment survivre apres le nucleaire.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Repaire de la team Rocket :: Reckless & Brave-
Sauter vers: